École Héméra

École de Sorcellerie
Inscrivez-vous avec un Prénom et un Nom !!!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mèna Faylin

Aller en bas 
AuteurMessage
Mèna Faylin
Élève de Saevitia - Deuxième année
avatar

Nombre de messages : 51
Race : Démon (Prêtresse Himiko)
Âge : 16 ans

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Mèna Faylin   Jeu 10 Nov 2005 - 21:13

Nom : Faylin.

Prénom : Mèna.

Âge : 16 ans.

Origines : Etats-Unis.

Race : Démon (Au sens grec du terme : « attaché à la destinée d’une personne, d’une ville ou d’un Etat ») ; c’est une prêtresse Himiko, la centième du nom.


Histoire :

La tristesse s’accumule t-elle autant que peut le faire la neige, jusqu’au jour où le cœur devient blanc et ne ressent plus rien ?
La tristesse s’accumule t-elle autant que le font les fleurs qui tombent au sol, jusqu’au jour où le cœur est vide mais doit quand même continuer à voir défiler les saisons ?
Dans un cœur… l’amour s’accumule en une fraction de seconde.
Quand on s’en rend compte, le cœur change de couleur… et en un clin d’œil, cette couleur le submerge tout entier.

La tristesse s’accumule t-elle autant que le font les fleurs qui tombent au sol ?
Elle s’accumule jusqu’au jour où le cœur est vide, mais doit quand même continuer à voir défiler les saisons.



Durant des générations et ce depuis le troisième siècle, les prêtresses d’une même lignée (Pas biologique, d’ordre morale), la lignée Himiko, prédisent l’avenir et conseillent les dirigeants du monde, afin que celui-ci ne sombre dans le chaos.
Tashiko, une jeune Japonaise, en était la descendante, la « 99ème Himiko ». Un jour, alors qu’elle était à New York, après avoir subitement décidé de s’y rendre une dizaine de jours auparavant, elle réussit à déjouer la surveillance de son garde du corps et ami d’enfance, Lantys, lui laissant la pierre qui lui avait été remise lors de son sacre comme le voulait la tradition, la Chigaeshi no Tama, mais ne tarda pas à perdre la vie dans des circonstances étranges.

Se trouvant à New York car c’était l’endroit où elle avait le plus de chance de croiser le chemin d’un donneur potentiel, Mèna, quand à elle, avait une grave malformation du cœur depuis sa naissance ; à 13 ans, sa vie menaçait de s’éteindre, tout dépendant des crises qui menaçaient. Inexorablement, petit à petit, les chances de survie s’amenuisaient.
Un jour, lors d'une crise, les médecins finirent par tomber sur une donneuse : Tashiko n’était pas tout à fait morte ; son cœur fonctionnait toujours, mais, blessée à la tête, son cerveau avait fini par mourir alors qu’elle était transportée en direction de l’hôpital le plus proche. Ayant prévu ce cas de figure et donné son accord, la greffe eu lieu ; alors, depuis la première fois de sa vie, Mèna eut enfin la sensation d'être libre ; ce cœur, qu’elle n’arrivait pas à considérer comme étant le sien à part entière, ce cœur qui battait régulièrement et sans lui faire mal… Mais cette liberté fut de courte durée.

Lantys, l’ancien garde du corps de Tashiko, s’aperçut vite que le don de celle-ci était réapparue en Mèna, quoiqu’un peu modifié : en tout cas, il était indiscutable que les kamis se concentraient de plus en plus autour d’elle, et que, d’après sa mine surprise, elle ne les voyait que depuis peu de temps.

Lantys décida donc de protéger Mèna pour pas qu’il ne lui arrive le même sort douteux que Tashiko (Mais aussi, il le reconnut par la suite, parce qu’il n’arrivait pas à véritablement considérer la disparition d’une personne qui avait presque tout le temps été là. Elle qui disait que « La première chose que l’on entend au monde, ce sont les battements du cœur. Lorsque la vie nous quitte, c’est aussi ce qui disparaît en dernier. Dans la plupart des cas, du moins. » n’avait donc pas véritablement disparu, puisque son corps battait toujours), et lui remit la pierre de feu Tashiko : la Chigaeshi no tama (« Pierre des retours »), que la nippone tenait de la précédente Himiko, lui expliquant qu’elle faisait partie des « Dix trésors sacrés », composés de quatre magatamas, de deux miroirs, d'une épée et de trois voiles.
La famille de Mèna habitant normalement en campagne, elle reçut l’autorisation de rester avec Lantys, après promesses qu’ils iraient voir ses parents-ses-grands-parents-et-sa-soeur de temps en temps. Commença alors un apprentissage de la culture shinto, des rites ancestraux, des us et coutumes, mais aussi les fatidiques ports de kimono avec getas (Qui vous garantissaient une chute au minimum tous les deux mètres), et tournées des temples.
Peu à peu, la jeune fille supposa que certains de ses rêves héritèrent d’un caractère prémonitoire, comme il se devait ; mais, ne se rappelant jamais exactement de l’essentiel à son réveil, tout reste encore au niveau des suppositions.
En fait, elle ne le sut pas tout de suite, mais le collier donné par Lantys avait réagi étrangement : elle était maintenant dans l’incapacité de retirer la chaîne, toute simple, qui retenait la pierre. Quelque chose la persuada également que toute tentative pour couper le cordon se révèlerait inefficace. Le kami résidant ne se manifesta pourtant jamais.

Et puis, un jour, ils la ressentirent tous deux : la présence d’un des dix Dons Célestes, peut-être plusieurs, même, pas si loin d’eux. Lorsqu’ils arrivèrent près d’un vieil entrepôt, là d’où semblai(en)t venir la ou les présence(s), une fille armée d’une épée (qui dégageait ce même type de présence) survint et s’en prit directement à eux. Sans qu’ils puissent comprendre pourquoi. Fait d’autant plus étrange, cette fille possédait elle-aussi un magatama, presque similaire à Mèna : la Tarutama (« Pierre d'abondance »), qui lui permettait de « contrôler » (tout est relatif) l’air, et donc d’influencer sur le cœur des gens.
Mettant Mèna à l’écart, Lantys prit les choses en main et dut user de toute son adresse pour immobiliser une personne qui tentait par tous les moyens de vous réduire en sashimi ; et, finalement, le tout ne se fit pas sans effusion de sang, quoique la fille avait déjà du sang sur son bras lorsqu’elle était arrivée. Ce qui lui indiquait que quelque chose n’allait pas ; si ses intentions étaient réellement belliqueuses, elle n’aurait pas fait l’idiotie de venir déjà blessée, réduisant ainsi ses capacités. Elle serait venue dans un élément qui était le sien, en pleine possession de ses moyens. La prudence lui recommanda donc de chercher à savoir ; et comme il l’avait suffisamment abîmée pour l’immobiliser, il faudrait la soigner d’abord. Il récupéra ainsi l’épée : la Yatsuka no ken (« Epée de huit mains »), un des dix Dons Célestes.
Deux étranges personnages ne tardèrent pas à vouloir « récupérer » la fille, alors que celle-ci était encore à l’hôpital à cause des blessures que lui avait infligé Lantys pour protéger Mèna : deux shinigami, deux dieux de la mort, Train et Lia, qui se présentèrent comme ses instructeurs. Lantys, lui, se méfiait d'eux ; il ne les voyait pas, mais les deux protagonistes réglèrent rapidement le « petit problème passager de communication ».
Finalement, après moult discussions qui n’arrivaient pas à grand choses et tentatives d’hypothèses qui restaient fumeuses, les différents protagonistes s’aperçurent qu’ils s’entendaient plutôt bien, et, malgré une résistance accrue de Lantys, ils décidèrent de rester ensemble un certain temps.

Mèna, elle, adora Mélodie : parce qu’elles avaient à peu près le même âge, qu’elles étaient toutes les deux entourées de personnes qu’elles aimaient bien, parce que leurs caractères s’accordaient. Mais, au grand étonnement de plusieurs personnes, leur attachement réciproque ne disparut pas lorsque Mélodie se mit lentement à changer, se montrant parfois froide comme de la glace envers Train et Lia, puis envers presque tout le monde, et ce de plus en plus souvent.
Continuant malgré tout à sourire, Mèna était au fond un peu inquiète. Les « joyeux amis de la forêt » n’étaient plus le moins du monde joyeux ; la tension semblait augmenter. Et puis, personne n’était véritablement heureux lorsque l’on ne souriait pas…
C’est à ce moment que mademoiselle, Chelsea choisit de lui parler d’Héméra, comme ça, au détour d’un chemin. Et l’idée la poursuivit. Oui, au fond, elle avait envie d’y aller. Envie de voir comment c’était, une vie avec des gens qui avaient (à peu près) votre âge tout autour ; envie d’être confrontée à l’expérience de « la vie sans appui permanent » pour apprendre à agir soi-même et l’esprit clair ; envie de voir à quoi ça ressemblait, un enseignement magistral ; ce que voulaient les personnes qui y étaient, ce qui leur avait fait obstacle, ce qu’il fallait chercher à changer.
Mèna prétexta alors avoir vu, en rêve, un miroir qui lui montrait cette école (Ca n’était pas tout à fait faux, après tout ; il lui était bien arrivé de rêver d’un miroir qui lui montrait un certain endroit, mais ça n’était pas un coin vraiment verdoyant. Elle n’arrivait juste pas à la décrire), un peu comme si un des Tôkusa no kandakara se trouvait là-bas.
Lantys ne put que mettre en avant son désaccord : se retrouver au milieu de gens inconnus, sans doute pas sûrs, de races douteuses en tout cas, alors que lui voulait partir à la recherche des fragments qui composaient un des voiles sacrés ? Pour lui, c’était purement et simplement irréfléchi. Les débats s’ensuivirent, les propositions et rejets se succédèrent, avant que le groupe se mettent d’accord : Mélodie l’accompagnerait, Lantys partirait faire ses recherches, Lia et Train retournerait dans l’Underground durant une période indéterminée, glanant des informations s’ils le pourraient ; ainsi fut décidé, ainsi fut fait.
Une année relativement calme, peut-être un peu trop douloureuse au niveau du haut de la tête (Elle a probablement battu le record Hémérien de chutes à répétitions ^^), qui lui a fait croiser la route de quelques personnes, qu’elle apprécie sans se poser davantage de questions. Elle aime bien cette sensation de calme (avant le crâmage de la maison de la grand-mère à… Mr. Green ), aime bien l’endroit, aime bien savoir qu’il y a quelques kamis autours (même s’ils préfèrent pour l’instant s’isoler). En bref, elle se sent bien ici, même si elle préfèrerait que Lantys soit là.


Caractère : Assez enfantine, elle rattrape le « temps perdu » à l'hôpital. Elle change du tout au tout quand elle se trouve en présence de plantes (Souvent réceptacles de kamis, ou complètement habitée). Elle est très sensible, et n’aime pas les gens malheureux ; elle veut toujours changer les choses, a des souhaits idéalistes. Elle a quelques fois du mal à comprendre, mais peut aussi se montrer très responsable en cas d’extrême nécessité.
Très fréquemment à côté de la plaque, souvent dans la lune (tellement qu’elle est capable de rater une marche dans les escaliers juste parce qu’elle ne réfléchit pas à ce qu’elle est présentement en train de faire Mr. Green ), prend très à cœur certains problèmes et passe son temps à les tourner et retourner et à se bloquer dessus.

Physique : De taille moyenne, elle possède des cheveux châtains clairs mi-longs. Ses yeux sont noisettes, dégageant un éclat particulièrement jovial. Elle sourit énormément, a presque toujours des expressions heureuses sur le visage. Si elle le peut, elle a pris l’habitude de porter principalement des couleurs rouges et blanches (Les couleurs du kimono traditionnel des prêtresses shinto).
Sa taille s’est pourvue de quelques centimètres supplémentaires. Elle garde ses cheveux relâchés la plupart du temps (alors qu’elle les gardait ordinairement attachés). Pas d’affolement si son front est rouge la plupart du temps, elle est sujette à des chutes à répétitions.

Poste dans l'école : élève.

Amours/ami(e)s : Elle aime beaucoup Lantys, et pense qu’elle est tombée amoureuse (elle sait juste qu’elle tient énormément à lui, peut-être plus que pour n’importe qui) de lui mais vu son caractère, elle n’a jamais osé lui dire ; lui la suivait partout, comme le voulait son statut. Elle s’amusait beaucoup avec monsieur Train, mademoiselle Lia, et quelques shinigami qui venaient parfois les voir (Parce qu’ils étaient drôles (même quand ils ne l’étaient pas) et qu’ils avaient plein d’histoires à raconter). Elle aime beaucoup Mélodie, d’abord parce qu’elles avaient le même type de comportement joyeux (et que c’était une des premières personnes d’environ son âge qu’elle côtoyait à long terme ^^), puis parce qu’elle se sont montrées plus ou moins complémentaires. C’est en tout cas une des personnes qu’elle n’a pas envie de perdre, et elle souhaiterait arriver à lui rendre le sourire un jour (et puis qu’elle se réconcilie avec monsieur Train, aussi).
L’année s’est écoulée avec son lot de rencontres (principalement des Saevitia) : Alta, Kajiri (avec laquelle elle s’est particulièrement bien entendue lors de leur rencontre, parce qu’elles avaient le même, euh… type de comportement ^^, ?), Kina, Miako, Nahat, Ruth, Ryrin, Tora et Hybris, avec lequel elle a probablement le plus parlé. Ah, et le prof de sport, shinigami adorablement « mignon », qui lui fait penser à Monsieur Train. Elle aime bien tous ceux qu’elle a rencontré, sans faire d’avis plus poussé. Elle aimerait bien rencontrer tout-un-tas-de-gens-et-puis-les-autres-élèves-de-l’école-aussi, mais comme elle reste très souvent avec Mélodie et que celle-ci ne semble pas vraiment apprécier la présence d’autres personnes, elle n’en a pas vraiment eu l’occasion (J’ai pas dit qu’elle considérait la présence de Mélodie comme un poids ^^). Elle va juste essayer de faire un peu plus de rencontres cette année.

Qualités : Attachante (même si elle fait « un peu » gamine), toujours de bonne humeur, ne se plaint pas beaucoup, à l’écoute des autres (et des conseils/ordres (Rayez la mention inutile) qu’on lui donne), est incapable de se fâcher avec quelqu’un ou de crier si ce n’est pas par bonne humeur, polie, arrive en général à remonter le moral des autres. Elle connaît la plupart de ses défauts, aussi, c’est une qualité non-négligeable (même si elle ne fait pas grand-chose pour s’améliorer XD) ; elle voudrait arriver à être plus indépendante, à prendre toutes les décisions nécessaires sans hésiter. Elle tient beaucoup à faire plaisir aux gens qui lui sont chers.

Défauts : Dans son monde, changeante bien qu’elle soit très souvent heureuse, naïve, positive, téméraire (mais ne s’en rend même pas compte ^^,), maladroite, un peu gaffeuse de temps en temps (mais ne s’en rendra jamais compte ^^), facilement surexcitée, simpliste, n’arrive pas à cacher quoi que se soit, pas franchement dégourdie, crédule, fait gamine, un peu beaucoup trop idéaliste (elle voudrait que tout le monde s’entende bien, et que chacun atteigne ce qu’il désire, tout en restant persuadée que les souhaits de tous seraient compatibles). Elle est cependant ce qu’elle est à moitié volontairement : elle sait que ce type d’attitude est plus facile pour ceux de son entourage.
Pas grand changement de ce côté là. De plus en plus naïve, incapable de se rendre compte de la situation si quelqu’un veut se servir d’elle, insouciante, frôlant parfois la niaiserie, peut-être.

Signe(s) particulier(s) : Son collier, tout simple, ornée d’une pierre un peu particulière, la Chigaeshi no tama : Pierre de santé (Mot pour mot « Pierre des retours »). Ce collier est associé aux plantes, et lui permet donc d’avoir une grande affinité la nature.
Elle arrive à percevoir les kamis (et donc shinigami) lorsqu’ils sont sous leur forme invisible ; elle ressent leur présence, entend leur « voix ». Les kamis « dociles » sont attirés par elle.

Animal de compagnie : Kirara, un chat persan/Gouttière (en fait, c’est un persan qui n'a pas le nez écrasé...) au poil gris.


Dernière édition par le Mer 30 Aoû 2006 - 11:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mèna Faylin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
École Héméra :: Important et Hors-Sujet :: Présentation des Personnages :: Personnages "À Confirmer" :: Élèves de Saevitia "À Confirmer"-
Sauter vers: