École Héméra

École de Sorcellerie
Inscrivez-vous avec un Prénom et un Nom !!!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kim Waren

Aller en bas 
AuteurMessage
Kim Waren
Élève de Saevitia - Première année
avatar

Nombre de messages : 123
Race : Sorcière
Âge : 15 ans

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Kim Waren   Sam 18 Mar 2006 - 20:45

(Je voudrais juste préciser que je me suis pas trop foulée, surtout pour l'histoire -_- Mais voilà, cette perso a été créée il y a 2 ans, j'ai du donc refaire sa pres entièrement (étant donnée qu'il y a 2 ans c'était mes débuts RP) et donc je me suis contentée d'un grossier résumé..)

Nom : Waren

Prénom : Kim (Son prénom entier étant Kimberly. Cependant jamais personne ne l’appelle (ni ne la jamais appelé) comme ça, excepté Jake. Elle se présente toujours avec son diminutif.)

Âge : 15 ans

Origine : Grande-Bretagne

Race : Sorcière (Humaine ^^)

¤


Physique : Kim est une jeune fille au physique plutôt ordinaire. De taille moyenne, la silhouette fine et svelte, sa démarche est plutôt souple et aérienne. Elle est assez agile et sportive, sans l’être extrêmement non plus. Son visage aux traits fins et harmonieux est entouré d’une cascade de cheveux roux, le plus souvent lâchés. Ses grands yeux d’un bleu assez foncé sont très expressifs. Son regard droit et franc fixe sans détour. Son visage est le plus souvent illuminé d’un sourire joyeux, simple et sincère. Ses pommettes sont piquetées de quelques tâches de rousseur. Sa peau est assez pâle et ne bronze pas du tout, sûrement parce qu’elle est rousse.
Malgré son physique des plus ordinaire, Kim est assez jolie. Elle s’habille simplement, à la mode moldue le plus souvent.

¤


Histoire : Le soleil brillait encore de tout son éclat dans le ciel estival, malgré l’heure avancée de l’après-midi qui s’achevait, dans une agréable odeur de fleur d’été, portée par la brise chaude. Accoudée à la fenêtre, Kim observait rêveusement le petit jardin où un vieil homme courbé en deux taillait un rosier. L’homme se recula pour observer le résultat de son travail et son visage avenant marqué par des rides profondes s’illumina alors qu’un sourire creusait ses joues bronzées par le soleil. La jeune fille laissait ses cheveux s’emmêler librement, agités par le léger vent chaud qui caressait sa peau douce, le menton appuyé sur ses deux paumes. Son regard bleu se porta plus loin, sur les collines qui entouraient la maison. C’était un paysage magnifique qu’elle ne se lassait jamais de contempler, une vaste étendue d’un vert tendre, ondoyant sous la brise, piquetée de fleurs sauvages qui embaumaient l’air de leur parfum suave et entêtant. Le mois d’Août touchait à sa fin, et avec lui les vacances scolaires. Sauf que cette année c’était un peu différent… Kim laissa échapper un soupir en songeant aux évènements de Juin. Les choses s’étaient un peu précipitées… Magileige avait fermé ses portes, dans la plus stricte indifférence du monde sorcier. Certes cela ne changeait pas grand-chose, cette école avait toujours eu de gros soucis financiers et un manque d’effectif évident. Mais pour les élèves, c’était une tragédie. Enfin, peut être qu’elle exagérait un peu les choses… Mais Magileige ça avait toujours été chez elle. Et puis elle avait ses amis là bas… Elle avait vécu des choses inoubliables. Enfin, ce temps là était révolu. Mais les directrices leur avait trouvé à tous une autre école et Kim avait confiance en leur choix. Ce qui ne l’empêchait pas d’avoir le ventre noué et de ressentir une légère angoisse… Elle ne savait pas qui reviendrait cette année, les élèves seraient probablement dispersés dans différentes écoles, tous n’iraient pas à l’endroit conseillé par Alinoa et Loraline. Mais Kim espérait bien y retrouver certaines personnes qu’elle aimait beaucoup.

« Kim ?! A quoi tu rêves là haut ? »

La jeune fille sursauta lorsque la voix basse et légèrement rauque du vieil homme la tira de ses pensées. Demain… Demain déjà elle s’en irait, et elle le quitterait à nouveau. Elle observa un instant son visage tanné tourné vers elle, ses yeux brillant et son sourire franc. Elle savait bien qu’il cachait sa tristesse de la voir s’échapper à nouveau. Mais elle savait aussi qu’il n’en mourrait pas ! Elle lui rendit son sourire et répondit d’une voix enjouée :

« A rien de spécial Grand-père ! Je descends ! »

Avant qu’il ait pu protester, elle ferma la fenêtre et descendit les escaliers en courant. Moins de deux minutes plus tard elle déposait un baiser léger aux creux de sa pommette avec un sourire ravi. Il l’observa d’un air tendre. Cette enfant portait tant de chaleur et de joie dans son cœur ! Malgré tout ce qu’elle avait pu vivre, malgré la vie elle-même.

« Si on allait se promener Grand-père !! Il fait encore grand jour ! »

Le vieil homme accepta avec joie et ils partirent tous deux, bras dessus, bras dessous, allant gaiement au milieu des paysages magnifiques, dans la lumière dorée de la fin d’après midi. Ils allèrent jusqu’au village où ils s’arrêtèrent sur un banc près de la fontaine pour permettre à l’homme de se reposer.

« Bonjour Grand-père ! »

Tous deux saluèrent la boulangère qui passait. Tout le monde ici appelait l’homme ‘Grand-père’ et aussi loin que Kim s’en souvenait, il en avait toujours été ainsi. Le village entier usait de cet affectueux patronyme. Ainsi cet homme qui n’avait pas de famille se retrouvait finalement parent avec tout le village ! Kim se souvenait parfaitement de la première fois qu’elle l’avait vu. C’était il y a longtemps, elle était encore une toute jeune enfant. Elle courait dans les couloirs de l’orphelinat où elle avait grandit et elle était rentré dans cet homme qui se rendait chez la directrice. Même alors, il avait déjà son visage ridé, mais il souriait beaucoup moins et il était beaucoup plus impressionnant. Il lui avait fait un peu peur au début. Puis il avait sourit et sa peur s’était envolée. Elle l’avait revu souvent depuis lors. Il venait toutes les semaines. Finalement elle avait appris qu’il souhaitait adopter un enfant. Il n’avait jamais eu d’enfant, sa femme était morte il y a longtemps et il sentait si seul dans sa maison, perdue dans la campagne. Mais c’était compliqué pour le pauvre homme. On ne confiait pas souvent des enfants à un vieil homme seul. Mais le temps avait fait son œuvre et un jour il était repartit avec une fillette. C’était Kim.
Le passé de cette enfant n’était pas tout rose, mais sa vie n’avait non plus été spécialement tragique. La mère avait décidée de mettre au monde son enfant sous X. Kim n’avait jamais su pour quelle raison. Pas de trace de père évidemment. L’enfant avait échouée dans un orphelinat tenu par une armée de bonnes sœurs dont toutes n’étaient pas des plus sympathiques. Elle y avait grandie, sans histoire, sans jouets, sans belles robes, sans parents… Sans amour mais pas forcément sans tendresse. En réalité elle n’était pas malheureuse, elle n’avait jamais rien connu d’autre. Et puis il y avait plein d’enfants là bas. Les choses étaient plus compliquées pour les plus âgés, mais les plus jeunes eux n’avaient pas vraiment de difficultés à supporter cette vie. Certes, Kim comme tant d’autre ne croyait pas en Dieu et rejetait en bloc cette entité mystérieuse qu’elle n’avait jamais vu. Si Dieu était si puissant alors pourquoi ne lui avait-il pas donné une famille comme en ont tous les autres enfants ? Pourtant la piété était de mise dans cet orphelinat religieux où l’on priait chaque jour et où l’on allait à la messe chaque dimanche. Néanmoins ce léger inconvénient était plus contraignant qu’autre chose et n’entrava que très peu son relatif bonheur. Elle passa les 8 premières années de sa vie dans cet orphelinat, avec des hauts et des bas, et beaucoup de questions sans réponses.

« On devrait rentrer, il va bientôt faire nuit ! dit soudain Grand-père, qui s’était mis à discuter avec la boulangère.
- Oui, allons-y ! »

Ils quittèrent la boulangère, une petite femme replète aux boucles blondes et aux yeux ternes qui sentait en permanence le pain chaud et les croissants frais, pour refaire le chemin en sens inverse. Ils arrivèrent à la nuit tombée, et cela rappela à Kim la première fois qu’elle avait vu cette maison. Il faisait sombre et elle avait un peu peur. Elle quittait l’orphelinat pour la première fois, mais le monsieur était gentil.

« C’est ta maison monsieur ?? » avait-elle demandé de sa voix fluette.

Il avait rit et passé une main dans les cheveux roux de Kim.

« Ne m’appelle pas monsieur, petite…
- Je dois t’appeler papa ?
- Non…
avait-il dit en riant de nouveau. Personne ne m’a jamais appelé ainsi… Et j’ai passé l’âge d’être ton père ! Appelle moi simplement Grand-père… »

La petite avait sourit, satisfaite. La maison était très jolie, entourée d’un jardin rempli de très belles fleurs, Grand-père était gentil…
Kim soupira en repensant à ça et poussa le portillon. En remontant l’allée elle observa les fleurs qui par centaines offraient leurs couleurs chatoyantes et leurs odeurs douces et agréables. Grand-père adorait les fleurs, et il passait ses journées à s’en occuper avec amour et à les peindre à l’aquarelle. Il exposait parfois ses tableaux dans une galerie d’amateur, mais le plus souvent Kim en était la seule observatrice indiscrète et émerveillée. Quand elle était petite, elle pouvait passer des journées entières, assises sur ses talons, à l’observer peindre, immortaliser la beauté d’une fleur si fragile et si éphémère… Mais le plus souvent, quand il ne se consacrait pas à ses fleurs, ce n’était pas elles que Grand-père peignait, c’était les oiseaux. Un jour il lui avait dit que les oiseaux étaient les êtres les plus libres de la planète, mais qu’ils étaient esclaves de leur liberté.

« Tu vois Kim, si tu met un oiseau en cage, il va dépérir et mourir à petit feu. Les oiseaux ont besoin du ciel, comme les humains de la terre et les poissons de l’eau... Un oiseau est fait pour être libre. »

Kim c’était petit à petit passionné pour les oiseaux, en avait recueillit plusieurs. Elle les observait, silencieuse et attentive, rêvant de liberté. Elle avait appris à les reconnaître au chant qu’il produisait et aux traces qu’ils laissaient parfois quand il leur arrivait de redescendre sur terre… Toutes ces années passées avec Grand-père l’avait rendu avide de liberté, et sa personnalité s’était affirmée. Elle était devenue joyeuse, insouciante. Heureuse. Elle était un rayon de soleil dans la vie du vieil homme…

Kim referma doucement la porte. Grand-père préparait le repas du soir. Elle sortit sa valise de sous son lit et commença à y entasser des affaires. Puis elle tomba sur sa baguette et elle sourit. Une baguette… Qui aurait pensé qu’elle était une sorcière ? Ce mot tintait gaiement à son oreille. Mais lorsqu’elle l’avait appris, à 11 ans, cela avait soulevé bien des interrogations, sur qui elle était, qui étaient ses parents… Elle soupira doucement et s’assis sur son lit en faisant rouler la tige de bois entre doigts. Elle en avait connue des aventures depuis qu’elle avait acheté cette baguette ! Jamais sa vie n’avait été si agitée ! Magileige l’avait changé… L’avait fait grandir. Elle avait connue des joies, nombreuses, elle avait été si heureuse. Il y avait eu des drames aussi… Des personnes qu’elle avait aimé si fort et qui s’en étaient allés, sur une route différente de la sienne. Mais au moins, même si elle ne les revoyait plus jamais, ils avaient Magileige en commun. Et sa aucun d’eux ne l’oublieraient… Et aujourd’hui qu’en était-il ? Elle allait encore perdre les gens qu’elle aimait. Mais peut être pas tous… Puis elle allait rencontrer d’autre personne. Et tout recommencerait. Certes ce ne serait jamais Magileige. Ce serait différent, mais ce serait peut être tout aussi… magique !
La jeune fille reposa sa baguette sur sa table de nuit, préférant ne pas la mettre dans sa valise, de peur de l’abîmer. Son regard se fixa alors sur une sorte de fiole, de taille moyenne dans laquelle flottait une sorte de brouillard bleuâtre sans forme précise. Ses traits se crispèrent légèrement alors qu’elle observait les volutes qui ondoyaient doucement dans le flacon. Comment allait-il ? Elle n’avait pas libéré le fantôme de sa prison de verre depuis qu’elle l’y avait enfermé, c'est-à-dire depuis maintenant presque 2 mois… Elle n’avait pas pu se le permettre, dans un endroit grouillant de moldus, à son grand désespoir. Déjà qu’elle avait enfreint une bonne dizaine de règlement en enfermant Jake dans la fiole et en enfreindraient sûrement d’autres en l’emmenant avec elle à Héméra !... Un sourire insaisissable se dessina sur ses lèvres tandis que remontaient à la surface les souvenirs d’une journée à Magileige, qu’on aurait pu qualifier de semblable aux autres si les journées avaient pu se ressembler dans ce lieu merveilleux. Elle s’en souvenait très bien, même si le temps avait rendu flous quelques détails. Elle avait rencontrer Jake dans le grenier, et elle avait bien faillit de pas le voir tant il se fondait à la perfection dans le décors. Plusieurs fois sans doute elle était passée là sans le voir ni même le sortir de sa méditation comateuse. Le hasard eu voulut que ce jour là elle aperçoive son visage translucide.
Avec un sourire évasif elle boucla sa valise, glissant sa baguette et le précieux flacon dans un sac qu’elle portait toujours en bandoulière. Elle était impatiente et nerveuse, mais surtout affamée ! Elle descendit rapidement les escaliers pour partager un dernier repas avec Grand-père. Demain commençait une nouvelle aventure !...

¤


Dernière édition par le Dim 19 Mar 2006 - 21:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Waren
Élève de Saevitia - Première année
avatar

Nombre de messages : 123
Race : Sorcière
Âge : 15 ans

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Kim Waren   Sam 18 Mar 2006 - 20:46

¤


Caractère : Kim a un fort caractère et une personnalité assez spéciale. C’est une véritable pile électrique qui ne tient jamais en place et qui a quelques difficultés à se concentrer sur quelque chose en particulier. Assez bosseuse, elle ne rechigne pas devant la tâche, mais elle est un peu trop distraite et se laisse souvent embarquer dans des aventures un peu folles, ce qui lui laisse peu de temps pour le reste. Gaffeuse hors paire, elle ne cesse de se mettre en difficulté toute seule, trouvant toujours le moyen de s’attirer des ennuis ou de faire la seule chose qu’il ne fallait pas faire. Dynamique et enjouée, Kim est quelqu’un de très optimiste qui a généralement toujours le sourire. C’est une incorrigible bavarde qui a plutôt tendance à assommer son auditoire sous un flot de paroles ininterrompues. En revanche il vaut mieux éviter de la mettre en colère. Etant très impulsive, elle réagis au quart de tour, et en général si elle n’est pas contente elle vous le fera savoir. Ses crises de colère s’accompagnent de cris mémorables dont les oreilles de sa pauvre victime auront du mal à se remettre. Elle est également plutôt du genre rancunière et elle ne pardonne pas facilement si elle a vraiment souffert. C’est une jeune fille têtue comme une mule et il est assez difficile de la faire changer d’avis. Assez indépendante, Kim a pourtant besoin de la compagnie des autres. Mais elle peut rapidement devenir ‘soûlante’ car très exubérante. Elle n’aime pas vraiment la solitude, elle est très sociable, ouverte et relativement amène. Kim est également quelqu’un de très possessive et par de là même, d’assez jalouse. Par contre quand elle n’aime pas quelqu’un, c’est la guerre ouverte, et en général c’est explosif. De même, elle est bien incapable de tricher sur ses sentiments, qu’il soit d’ordre amicaux, amoureux ou bien haineux. Kim est quelqu’un d’entier, dénuée d’hypocrisie, elle dit franchement ce qu’elle pense. Relativement peu organisée, son côté bordélique fait qu’elle sème parfois ses objets un peu partout et a donc tendance à les perdre. Elle n’accorde pas tellement d’importance aux choses matérielles, loin d’être superficielle, mais elle prendra grand soin des objets auxquels elle tient. Elle aussi très maladroite, et il lui arrive parfois de provoquer des catastrophes sans le vouloir.
Le sujet de la famille demeure un sujet sensible pour elle. Elle n’aime pas trop parler de sa toute jeune enfance. Elle n’a jamais su qui était ses parents et si elle n’a jamais souffert d’un manque d’amour, elle demeure à la recherche de son identité et de ses racines profondes. Un vide subsiste en elle et faute de pouvoir le combler, elle préfère l’oublier.
Si l’on voulait résumer Kim en quelques mots, on pourrait dire simplement qu’elle est extrême. En effet elle ne sait absolument pas situer le juste milieu des choses et bascule toujours dans les extrémités. Autant sa joie de vivre et son enthousiaste sont carrément exagérer (voir même on pourrais parfois la croire hystérique… XD), autant si elle déprime (ce qui n’est pas fréquent) ce sera au point de s’en laisser mourir… ou presque. Kim est entière et ne sait absolument pas modérer ses humeurs et son comportement.

Qualités : Assez bosseuse, dynamique, enjouée, optimiste, sociable, ouverte, entière, franche , enthousiaste, souriante…

Défauts : Pas très concentrée, distraite, gaffeuse, (trop) bavarde, très impulsive, rancunière, têtue, (trop) exubérante, (très) possessive et (très) jalouse, peu organisée, trop extrême dans ses humeurs et son comportement.

¤


Poste dans l'École : Elève

Signes Particuliers : Kim souffre de claustrophobie aigue. Et elle a du mal à se débarrasser de sa peur des orages qui la taraude depuis son tout jeune âge. A noter aussi une phobie, voir plutôt une terreur irréfléchie, pour les loups-Garous. Son professeur de potion de première année qui était un lycan l’a complètement traumatisée et depuis elle fait une fixation sur ces créatures qu’elle refoute plus que tout au monde. Autant dire que sa ne va pas lui rendre service à Héméra…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Kim Waren
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jind Waren (Terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
École Héméra :: Important et Hors-Sujet :: Présentation des Personnages :: Personnages "À Confirmer" :: Élèves de Saevitia "À Confirmer"-
Sauter vers: