École Héméra

École de Sorcellerie
Inscrivez-vous avec un Prénom et un Nom !!!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Pathétique !......... Crevez tous !

Aller en bas 
AuteurMessage
Eden Valentine
Élève de Coactus - Première année
avatar

Nombre de messages : 22
Race : Tigre-garou
Âge : 17 ans

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Pathétique !......... Crevez tous !   Dim 9 Avr 2006 - 20:06

2 jours d’avion, 3 sandwichs insipides, des centaines de gobelets d’eau minérale tiède, un million de remarques acerbes, une nuit étouffante dans un hôtel miteux, la moitié d’une tasse de café noir beaucoup trop fort, deux cernes sous ses yeux bleus, 4 heures à côté d’une vieille sentant le parfum bon marché à des kilomètres et intarissable sur le sujet morne et ennuyeux de sa vie passé, une humeur orageuse et une valise de 10 kilos, et tout ça pour… CA !
Un espèce de château, pas franchement discret et d’aspect extérieur plutôt moyen-âgeux et pas des plus accueillant, le tout planté au beau milieu d’un millier de kilomètres de verdure atrocement… vert, humide et poisseux. N’oublions pas non plus de préciser qu’il régnait une chaleur des plus atroce, lourde et affreusement humide elle aussi.

Ce charmant tableau pas tout à fait objectif mais néanmoins réaliste justifiait à lui seul le nombre incroyablement élevé de pulsions meurtrières qui assaillaient Eden, évidemment dirigées vers la personne qui l’accompagnait, c'est-à-dire Matt, qui tirait une tronche à peut près semblable à la sienne à cet instant là.
Ses vêtements peu adaptés au climat équatorial de l’Amazonie collaient à sa peau pâle, quelques gouttes de sueur perlaient à son front et une ou deux mèches blondes caressaient ses joues blanches. Si il avait su dès l’instant qu’en plus il lui faudrait désormais porter un bermudas à carreaux, il aurait fait demi-tour sur l’instant et rien ni personne n’aurait pu le ramener, de grés ou de force, dans cette foutue école, perdue dans ce foutu pays ! Il devait déjà faire un immense effort pour ne pas craquer avant même d’avoir passer la porte d’entrée…

Et dire que tout ça c’était la faute de Matt… Tient, il avait d’ailleurs oublié cet insignifiant mais néanmoins réjouissant détail : le respectable professeur Valentine ne devait guère être plus enthousiaste que lui face à cette école et devait souffrir au moins autant de cette chaleur accablante. Bien fait ! Il avait qu’à pas le traîner là… Il ne voyait pas pourquoi il devrait côtoyer des personnes ‘anormales’. Il ne s’en sortait déjà pas avec lui-même et sa propre ‘anormalité’… Et puis Héméra devait grouiller de mioches horriblement agaçants et insupportables. Sans compter sur les milliers de petites fouineuses qui ne manqueraient pas de lui poser une tonne de question. A ces seules pensées, son humeur déjà massacrante s’assombrie encore, si jamais c’était possible. Et le temps sembla s’accorder à son humeur exécrable puisqu’un sourd grondement menaçant provenant des lourds nuages de plomb qui masquaient le soleil se fit entendre. Eden allait justement proposer à Matt de presser le pas lorsque d’énormes gouttes de pluie, presque tiède, s’abattirent sur eux.

En moins de trois minutes ils furent trempés jusqu’aux os. Mais la température ne fraîchie même pas. Malheurs… Ils atteignirent enfin les portes d’ébène et Eden entra de le hall sans réfléchir plus. Au moins ils étaient à l’abri et, contrairement à ce qu’il avait craint, le hall n’était pas bondé d’élèves bruyants. Ouf… Il n’y avait presque personne. Il faut dire qu’étant donné l’heure, ils devaient tous être en cour ! Sauvé !
Le jeune homme posa sa valise à ses pieds –bien que le terme exact fut plutôt ‘laissa choir sans y prêter attention’- et essora ses cheveux blonds dégoulinant de pluie. On ne pouvait pas franchement dire que ça commençait bien… Et si son intuition se révélait exact, la suite ne s’avérerait pas franchement mieux. Il jeta un regard lourd qui en disait long sur ce qu’il pensait à Matt sans toutefois prononcer la moindre parole. Manquerait plus qu’il se fasse gueuler dessus encore !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suou Hitori
Élève de Coactus - Première année
avatar

Nombre de messages : 48
Race : Vampire
Origine(s) : Oiseau squelette

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Pathétique !......... Crevez tous !   Dim 9 Avr 2006 - 21:51

Suou avait passé une bonne partie de la matinée dehors, s’amusant avec sa grande sœur toute nouvelle et profitant du soleil resplendissant. Il avait entendu dire que la plupart des vampires craignaient le soleil, mais ce n’était heureusement pas le cas. Comment aurait-il fait, s’il n’avait pu profiter des chaudes journées d’été ?
Bon, la chaleur, en Amazonie, yavait pas besoin d’être en été pour la subir. Et comme Suou ne portait pas encore son uniforme – il venait d’arriver, après tout, et n’était pas censé l’avoir déjà mis – et trimballait sa valise avec lui depuis un moment (ou obligeait l’oiseau à la traîner, c’était plus amusant) il commençait à fatiguer. Enfin, il ne fatiguait pas vraiment - son corps était suffisamment résistant – mais ce qu’il s’imaginait éprouver le fatiguait tout de même.

Puis il s’était mis à pleuvoir. Horreur ! Enfin non, mais … Il n’aimait pas la pluie, c’était triste, terne, sombre, et ça n’allait pas avec l’humeur joyeuse et bonne enfant qu’il avait en quasi-permanence. Lorsqu’il pleuvait, ça lui donnait envie de se laisser tomber dans un coin et de mêler ses larmes avec les gouttes de pluie. Ce qu’il ne faisait presque jamais, il se contrôlait suffisamment pour l’éviter, mais … Il n’aimait pas ça, zut. Et ça risquait de rouiller l’oiseau.


oO Hein ? Je suis pas en métal, je peux pas rouiller ! Idiot … Oo

Bref, il avait fuit le parc et s’était dirigé en vitesse vers l’entrée du château, suivant l’oiseau qui était plus intelligent que lui pour trouver le chemin (évidemment, en suivant les miettes de pain, Suou avait un peu de mal …) et il avait claqué la porte pour finir dans le hall, dégoulinant, sa valise par terre (ni le garçon ni l’oiseau n’ayant envie de la porter, c’était à celui qui irait le moins vite que l’autre) et …

« Où est passée Cléa ? »
oO C’est bien, tu te souviens son nom. Je devrais te remettre une médaille pour ça. Oo
« Je l’ai perdue … »

Suou regarda avec désespoir la porte qu’il avait prise pour entrer . Sa grande sœur allait apparaître, hein ? Elle allait le sauver ? -.-
Mais, voyant que rien n’y faisait, et n’ayant aucune envie de ressortir, Suou finit par prêter attention à ce qui l’entourait. Un garçon blond [1] s’y trouvait ; il perdait ses eaux [2] tout autant que le jeune vampire.


oO Il vient d’arriver, il a une valise. Oo

Songeant qu’un nouvel arrivant souhaitait être accueillit joyeusement malgré le mauvais temps (et l’uniforme qu’il faudrait bientôt mettre Mr. Green ) il fit un énorme sourire tout enfantin (pas qu’il en connaissait beaucoup d’autres, non plus …) et s’inclina, enlevant un chapeau imaginaire de sa tête.

« Enchanté ! Vous avez fait bon voyage ? Pas trop de mauvais temps sur la route ? [3] Vous allez bien ? Vous connaissez le goût qu’on les bonbons ? Vous avez des bonbons sur vous ? Et, si c’est le cas, pourriez-vous m’en donner ? Mr. Green »

L’oiseau s’empêcha tant bien que mal de se frapper une fois de plus la tête contre le sol.

oO Tu n’as rien de plus intelligent à dire ? Oo
« Euh … Ca vous intéresse, d’avoir une famille ? »


[1] Euh, je sais pas si Matt est déjà là comme il n’a pas encore posté, donc si c’est le cas, pensez « deux »
[2] J’aurais peut-être pas du utiliser cette expression, mais le pauvre Suou est ce qu’il est Mr. Green
[3] Aucune malice dans ces mots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Valentine
Élève de Coactus - Première année
avatar

Nombre de messages : 22
Race : Tigre-garou
Âge : 17 ans

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Pathétique !......... Crevez tous !   Dim 9 Avr 2006 - 22:26

(woa... remballage bien sec en vue... huhu pardonnez-le.
Bref, nan c'était juste pour dire que oui Matt est là lui aussi, comme préciser dans le message et si il a pas encore rep bas c'est qu'il faut quand même un certain temps pour faire un mess (ajouter à cela le décalage horraire qui fait que c'était tard quand j'ai posté).
Bref voilà, j'attend que choupinet rep *o*)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matt Valentine
Professeur de Potions
avatar

Nombre de messages : 29
Race : Tigre-garou
Âge : 28 ans
Origine(s) : Eden! ^-^

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Pathétique !......... Crevez tous !   Lun 10 Avr 2006 - 20:15

[woéééé ça va saigner ^_^ choupinet est content ]

Quand Mère Nature ne vous a pas fait don d'un caractère particulièrement doux et patient, il suffit que les contrariétés –même anodines- s'accumulent pour que vous deveniez métaphoriquement parlant une vrai bombe, prête à exploser au moindre mot ou geste de travers. En l'occurrence, Matteo Valentine faisait partie d'une caste furieusement dangereuse de ces explosifs sur pattes (de surcroît, le sang chaud des méditerranéens coulait dans ses veines; un sang de Sicilien, et ce n'était pas rien).

D'abord, il y avait eut ce satané trajet en avion –et là "satané" est un très doux euphémisme, car le qualificatif auquel il songeait aurait certainement choqué des âmes plus ou moins sensibles, s'il avait eut l'occasion de s'exprimer sur le sujet, bien entendu. Au cours de sa vie il avait régulièrement effectué des voyages, entre la Méditerranée et les pays scandinaves, puis vers les Amériques, et il n'aurait pas été aussi éreinté si le fatum –ou un vieil accès de stupidité- ne lui avait pas imposé dans sa vie un satané blondinet (oui, encore un euphémisme de taille) répondant au prénom d'Eden –mais pourquoi ses parents l'avaient-ils baptisé comme un paradis, franchement? Il n'avait de paradisiaque ou angélique que son minois (encore qu'il fut continuellement empreint d'une merveilleuse expression teigneuse).
Pour en revenir à ce fameux voyage, il avait très mal commencé. De un, Eden avait traîné des pieds au matin, comme s'il était dans ses sinistres desseins de leur faire manquer le vol. Arrivée en catastrophe à l'aéroport, et c'était la pauvre demoiselle au port d'enregistrement des bagages qui avait dégusté.
Le premier round en altitude avait été des plus désagréables. Eden semblait avoir mis un point d'honneur à lui casser les pieds, et il s'était consolé auprès de plusieurs verres de martini et des deux cachets de somnifères offerts par la Providence elle-même. Puis l'escale, et la nuit dans un satané hôtel de Panama où il avait crut mourir asphyxié dans son atmosphère moite et à peine salubre. Heureusement pour les Panaméens, ils ne purent comprendre ses injures particulièrement fleuries en sicilien qu'il maugréa comme une chanson à la mode pendant leur bref séjour.
Second round. Un très heureux hasard voulut que son siège soit éloigné de quelques rangées de celui de son "fils". Il s'occupa intellectuellement en lisant un exemplaire des "Soupirs de l'Automne", un roman au titre peu ambigu qui parvint à lui arracher quelques ricanements amusés. Mais ce seul livre dégoulinant de phantasmes purement féminins ne parvint pas à dompter sa mauvaise humeur bien longtemps: les soucis revinrent fidèlement au galop dès l'atterrissage.
Se coltiner Eden était un vrai supplice. Et huit années de vie commune n'y avaient absolument rien changé. Sale gosse. Morveux. Satané gamin. Ses dénominations affectueuses n'avaient pas beaucoup évoluées non plus.
Mais en plus quand ce démon à gueule d'ange n'arrêtait plus de seriner qu'il n'avait aucune envie de mettre les pieds dans cette satanée école (ils étaient fans des euphémismes, manifestement), là ses instincts de félin lui hurlaient de faire appliquer la loi du plus fort par des moyens peu pacifiques. Mais il avait tenu le coup. Après tout, ce serait un excellent entraînement pour supporter le fatras de gamins aux hormones effervescentes qu'il devrait subir de longs mois sans interruption.

Si l'arrivée au château de Héméra fut aussi exécrable que le reste de ce véritable parcours du combattant, l'accueil du pays planta une aiguille vicieuse dans la maigre chitine de calme que possédait notre cher Sicilien. La flotte. Une satanée flotte, oui.
Un observateur avisé aurait noté un pli creusé entre ses sourcils, signe que son masque maussade mais impassible se fissurait lentement mais sûrement. Bon, il avait déjà le vague sentiment que son arrivée dans son nouveau lieu de travail allait inévitablement être houleuse. Et là, il était clairement plongé jusqu'au cou dans les figures d'atténuation.
Matteo Valentine coula son regard améthyste et terne vers son pseudo-fils, l'air mauvais. Trempé jusqu'aux os, ses vêtements alliant blanc et noir lui adhérant aux lignes de sa silhouette, et des centaines de gouttes d'eau perlant à la pointe de ses courts cheveux blonds cendrés qui encadraient presque sinistrement son visage digne d'un parfait serial-killer en manque d'hémoglobine et de fraîches vierges effarouchées n'attendant que d'être égorgée, éventrée, etc. D'ailleurs dans ce dernier rôle, Eden avait peut-être un physique proche, voire ressemblant, mais les qualificatifs "effarouchés", donc "innocent" et "pur" juraient atrocement avec son sale caractère. Tant pis pour le meurtre.
Mais cela ne l'empêcherait pas de lui faire sentir sa mauvaise humeur, c'était certain; parce qu'il était convaincu que son cher garçon remuait les mêmes envies mornes de se défouler sur quelqu'un…

Fuyant cette averse chaude et ô combien désagréable, les Valentine gagnèrent d'un pas rapide la grande porte d'ébène du château, qui s'écarta devant eux dans un long grincement. Enfin à l'abri de cette maudite pluie! Matt poussa un grondement en gorge en lâchant sans douceur la poignée de sa valise, imitant la manière raffinée dont Eden s'était débarrassé de la sienne. A la manière du gros chat ronchon qu'il était, il secoua la tête pour délester sa chevelure de l'eau que les cieux avaient déversée sur eux. Ce geste n'avait rien de très 'classe', mais il s'en fichait royalement. Sa mauvaise humeur exacerbait ses tics de félins, ça ne n'était pas vraiment nouveau.
Bon, il était arrivé à Héméra, là où il devrait passer plusieurs années à tenter de faire rentrer dans de petits crânes quelques recettes de potions avant de leur coller de belles bulles pour la peine.
Santa Madonna.
Ses paupières s'abaissèrent sur ses yeux couleur lavande, tandis qu'un second grondement contrarié roulait dans sa gorge. Bon, aux grands maux les grands remèdes. Ses mains fouillèrent ses poches avec des gestes mécaniques qui trahissaient une habitude profondément ancrée en lui. Il dégaina un paquet de cigarettes, coinça l'une d'elle entre ses dents avant que la flammèche d'un briquet en argent ne vienne embraser son extrémité. Il inspira longuement, avant de libérer des longues volutes de fumée grisâtres dans l'air étouffant et désespérément humide du Hall.
S'il avait sentit le regard pesant et mauvais d'Eden couler sur lui, il l'ignora ostensiblement en se perdant machinalement dans une analyse détaillée de l'architecture des lieux, malgré la pénombre moite qui rendait l'endroit lugubre et peu accueillant. En comparaison, les écoles siciliennes étaient des camps de vacances en plein air et vue sur la mer pour toutes les chambres.

Le Maître des Potions entendit les portes d'entrée s'ouvrir et se refermer dans un double claquement qui racla durement ses nerfs à fleur de peau. Aussi droit qu'un moai qu'on aurait laissé traîner au milieu du Hall par erreur, le tigre-garou se contenta de tourner avec une lenteur calculée ses prunelles améthystes vers le nouveau venu, exhalant la fumée âcre de sa cigarette dans une expiration ressemblant furieusement à une marque d'agacement anticipé.
Miséricorde…un gosse.
Les yeux du méditerranéen se plissèrent sensiblement, tandis que le babillement puérile de Suou lui massacrait tendrement ses oreilles amoureuses de silence. Un gosse souriant, avec ça. La suite très agaçante de questions du gamin fit frémir la langue du Sicilien derrière la barrière close de ses lèvres pâles.
'Non, du tout. Le temps est merdeux. Ca se voit pas, peut-être? On est super heureux. T'es arriéré, toi? Sale gosse… Crevez tous.'
C'était entre autre le genre de répliques qu'il aurait allègrement jeté à la figure de ce pauvre garçon si sa fatigue et le climat ne lui avait pas –momentanément, bien sûr- limé crocs et griffes.
Matteo avisa le squelette d'oiseau manifestement animé qui accompagnait le jeune vampire, et s'il fut surpris, ou choqué de constater que les goûts des jeunes se dégradaient atrocement au fil des générations, il n'en montra tout juste qu'un furtif froncement de sourcil, mais qui était déjà en soi un signe flagrant que la bombe Valentine n°01 était affreusement tentée par un petit rasage de terrain en bonne et due forme.
Et si la dernière question peu prudente de Suou ne mit pas le feu aux poudres, elle alluma une étincelle étrange dans les yeux ternes du tigre-garou qui aurait fait fuir plus d'un téméraire. Il éleva légèrement le menton, dardant un regard venimeux au vampire avant de lâcher d'une voix excessivement lente et maussade, aux très légers accents latins:

"A mon tour de poser des questions idiotes et sans intérêt…T'es qui, toi?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clefkléa Mint
Élève de Coactus - Première année
avatar

Nombre de messages : 90
Race : Ange
Âge : 16 ans

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Pathétique !......... Crevez tous !   Mar 11 Avr 2006 - 14:25

[Rembarrage et effusion de sang, déjà Mr. Green ? Attendez, vous n’avez pas vu Suou et Kléa quand ils s’y mettent tous les deux Mr. Green *Cass’, sentant qu’elle va adorer ce duo et que sa petite protégée risque de pas finir l’année à ce rythme*]


Les bras par-dessus la tête, sentant que, de toutes façons, ça n’était pas eux qui la protégeraient de cette pluie soudaine et pas prévue au programme (D’ailleurs, elle songea fortement que n’importe quel parapluie n’aurait pas fait l’affaire), Kléa courait dans cet univers transformé depuis quelques minutes en zone obscure, encore plus floue que précédemment.
Mince… elle y voyait rieeeeeen !!
Et, même là, ces horreurs transparentes retenues par un morceau de métal (communément appelées
lunettes) ne pourraient lui venir en aide… mais c’était quoi cette pluie ?!

"P’tit frère ? P’tiiiiiiiiit frèèèèèèèère ?"

Où était donc passé Suou ? Elle avait couru en retrait derrière lui quand il avait commencé à pleuvoir en essayant de le suivre et, soudain, elle s’était aperçue que Suou avait disparu dans son champs de vision (Si on pouvait encore appeler ça comme ça, mais Kléa préférait se montrer optimiste là-dessus, voyons, ça ne durerait pas toujours, hein).
Bah… peut-être qu’il avait bifurqué et trouvé un bonbon rose par terre ou bien une armure qui ressemblait à l’Homme de Fer du Magicien d’Oz… par contre, pas question pour qu’
elle, elle joue Dorothée. Pas la petite fille perdue et niaise, non non non. Même si elle ne le montrait pas beaucoup ces derniers temps, il lui restait une certaine dignité.
Même si elle était trempée. Même si ses vêtements lui collaient à la peau. Même si elle ne savait pas où aller. Même si elle était seule.

C’est donc à la recherche de Suou (Son seul point de sortie possible) que l’adolescente courait dans le parc, trop trempée pour l’être davantage, en trouvant le moyen de l’appeler avec un timbre de voix qui indiquait bien la Quête du Perdu (ou Fugueur).
Tiens, une forme sombre et… le château. Elle était en train de contourner le château. Rah, flûte !
Kléa retourna sur ses pas pendant quelques mètres, avant de reconnaître une forme moins foncée que le reste. Un pont-lev… la porte.


* Des escaliers. Il y a des escaliers avant. Penser à ne pas se les prendre. *

La jeune fille s’arrêta un instant, chercha à tâtons la rambarde avant de la saisir et de gravir les marches quatre à quatre, s’arrêter devant la porte, chercher le milieu, pousser ladite porte et entrer dans le hall salvateur. Il faudrait sans doute qu’elle essore ses vêtements, ou ses cheveux si elle voulait oublier la sensation d’avoir manqué de se noyer dans une piscine géante, dont le sol avait d’ailleurs été horriblement glissant. Seulement, dans son état, elle ne savait pas ce qu’elle devait essorer avant le reste.
Clef enleva une des mèches qui lui collait encore le visage, la repoussa en arrière avec un soupir. Fichu temps. Allons, allons : au moins,
ici, il pleuvait.
Elle tourna la tête instinctivement en entendant des voix. Peut-être que quelqu’un avait une serviette, qui savait ?
Mais c’était là voix de petit-frère, ça !
Au milieu de ses vêtements glissants, du sol glissant et des rivières d’eau qui dégoulinaient par terre, Clefkléa se précipita dans la direction de Suou avant de lui sauter au cou. Ce qui, pensa t-elle alors qu’il était déjà trop tard, n’aurait pas été très sympathique s’il n’avait pas été trempé. Mais lui aussi dégoulinait d’eau ; elle n’avait donc rien à se reprocher.


"Suou, petit frère !! Na ! Je savais pas où t’étais passé ! Fais plus jamais ça à ta grande sœur, j’ai failli mourir noyée…"

Elle se détacha néanmoins de lui, perdant un peu de son sourire (Mais gardant tout de même cette expression joyeuse et ce type de regard illuminé[1] qu’on lui connaissait bien dès qu’elle faisait de nouvelles rencontres) en s’apercevant qu’il y avait deux personnes en face de Suou.
Tiens ? C’était quoi cette odeur ? Du peu qu’elle en percevait, et sans savoir son origine, Kléa en déduisait qu’elle n’aimait pas. Mais était-elle conditionnée pour ne pas aimer, ou était-ce son jugement propre, d’ailleurs ?
… bon, elle allait se dire que c’est elle-même qui décidait de ne pas aimer.
D’après sa taille supposée (Elle passa une main sur son front pour chasser les gouttes d’eau qui dégoulinaient en menaçant de venir se noyer dans ses yeux), un adulte (Un parent ou tuteur ? Oh… comme son accompagnateur, alors. Pauvre de lui. Etait-il heureux que ce cauchemar soit fini, ou bien vivait-il dans la crainte que tout allait recommencer dans quelques mois ?), et, à côté, un garçon qui devait être un peu plus grand qu’elle et…


"Je peux être ta grande sœur ?" demanda t-elle d’un air pas si innocent que ça en joignant les mains (On parlait de Kléa, hein. Oui = Oui, Peut-être = Oui, Non = Oui).
Bien sûr, l’idée plairait à Suou. Le fait d’agrandir la grande famille lui avait semblé être une excellente idée, à lui aussi, et mieux valait tout de suite que plus tard.



[1] Les deux sens marchent Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suou Hitori
Élève de Coactus - Première année
avatar

Nombre de messages : 48
Race : Vampire
Origine(s) : Oiseau squelette

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Pathétique !......... Crevez tous !   Mar 11 Avr 2006 - 22:22

[Yeaaaaaaaaaaaaaaah *cris du coeur* Faudra quand même faire attention à ne pas trop salir le sol avec le sang, sinon on va se faire enguirlander Mr. Green ]


Le jeune garçon attendait avec un intérêt presque non feint les réponses aux questions qu’il avait posées ; après tout, s’il avait demandé autant de choses, c’était pour avoir au moins une réponse, quelle qu’elle soit ; quand il se rendit soudain compte d’une autre présence. Il avait très peu de chances d’être surpris par une présence vivante s’il était attentif au monde alentour, mais il avait le don pour prêter attention à des détails sans intérêt (ou même, à ne prêter aucune attention) et n’avait donc pas remarqué l’adulte à l’air sévère. Celui-là, il avait sacrément besoin de se détendre …
Suou grimaça (mais une grimace gentille, hein, la grimace d’un enfant sage et non d’un méchant-pas-beau … ) et pencha la tête de coté, observant attentivement l’homme – blond lui aussi, apparemment. Il lui rappelait légèrement son propre père, pas qu’il lui ressemblait physiquement, mais il avait la même lueur que son géniteur lorsqu’il était … énervé.
Oups … d’accord. Il avait sans doute un quelconque sujet de contrariété. Dans ce cas là … Suou avait l’immense et noble tache de le détendre et de trouver un moyen pour lui redonner le sourire. Il n’avait jamais su faire le clown, à son grand désespoir, mais il y avait moult moyens d’arriver au même résultat.

Puis il remarqua l’odeur étrange. Acre, amère et pourtant également d’un certain coté sucrée, il n’avait jamais sentis quelque chose s’en approchant. Etait-ce l’odeur d’un bonbon ? On lui avait pourtant dit que les bonbons étaient bons. Mais là … ça lui chatouillait les narines et lui donnait envie de se pincer le nez pour s’assurer qu’il ne rêvait pas.
Curieux (il était plutôt touche à tout et cherchait les sensations nouvelles Mr. Green ) il voulut s’approcher de l’odeur pour voir d’où elle sortait. Il avait l’impression qu’elle venait du visage de l’adulte ; plus précisément de son nez ou de sa bouche. Peut-être cet être était-il d’une race étrange qui diffusait de la fumée épicée par ses orifices ? Tout à son intérêt oh combien intéressant et utile, il n’enregistra pas ce que lui demandait l’être diffuseur de fumé [1].
L’oiseau tenta bien de le distraire en s’enroulant autour de son cou comme une écharpe et en lui tiraillant les cheveux, car il n’était pas soumit à l’attraction des odeurs, mais rien n’y faisait. Le jeune garçon s’approchait dangereusement du diffuseur [2] et bientôt, très bientôt, son nez toucherait le visage de l’autre …

Lorsqu’un poids soudain dans le dos lui coupa le souffle. Hey, d’accord, il était costaud, mais c’était pas une raison pour se servir de lui ainsi … D’autant plus que les griffes de l’oiseau s’enfonçaient dangereusement dans son cou et laissaient de petites marques rouges. [3] Seul un équilibre miraculeux lui permit de ne pas tomber en avant – et, au passage, de rentrer dans l’adulte renfrogné – et Suou était prêt à envoyer balader celui qui (ou ce qui) se trouvait sur son dos ; mais une voix divine retentit soudain qui fit tinter les mots magiques de « petit frère ».

« Grande sœur ? C’est toi ? »


Ce qu’il put vérifier lorsque son étranglement prit fin : oui, c’était sa grand sœur. Cléa, pour faire plaisir à l’oiseau. Zut … c’était Cléa ou Kléa ? [4] Bah, peu importait. Ca se prononçait de la même manière, zut.

Suou oublia presque l’odeur qui l’avait auparavant tant intéressé et un immense sourire reprit possession de son visage. Un sourire de la bouche et des yeux qui éclipsait toute autre expression. Il aurait même pu produire de la lumière dans un univers plus étrange.
Comble de la magnificence [je cherche même plus pourquoi je dis ça XD], grand sœur proposa ensuite d’agrandir la famille. Parfait, parfait … N’était-ce pas ce qu’il voulait, lui aussi ? Et une famille permettrait sans doute au diffuseur de se sentir mieux dans sa peau. Peut-être que s’ils devenaient frères, l’autre pourrait lui expliquer comment il créait une odeur aussi étrange.
C’est pourquoi Suou, avec la plus grande innocence du monde (les enfants étaient censés être purs, non ?) pensa un instant à se jeter dans les bras du fumeur.

Un instinct de conservation le retint tout de même ; il était allé aussi vite une fois avec son père, et les conséquences avaient été désastreuses … Doucement ; il serait toujours temps de le faire plus tard. Bientôt. Dans quelques minutes, le temps qu’on fasse connaissance et qu’on apprenne à s’apprécier.
Il passa donc un bras sous celui de Kléa, gardant son sourire lumineux.

« Je suis votre petit frère, et voici votre grande sœur ! »



[1] Surnom ? Pas surnom ? ça dépend des prochaines réactions on va dire Mr. Green
[2] Finalement ça me plait bien, si Matt fume souvent ça risque de lui rester XD
[3] Quoi, vous ne vouliez pas du sang ?
[4] Ce n’est pas que j’ai moi même du mal à savoir quelle lettre il faut mettre, non Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Valentine
Élève de Coactus - Première année
avatar

Nombre de messages : 22
Race : Tigre-garou
Âge : 17 ans

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Pathétique !......... Crevez tous !   Lun 17 Avr 2006 - 20:27

Une grimace contrarié se peignit sur les traits harmonieux du jeune homme alors que son ‘paternel’ s’ébrouait, de façon fort peu élégante d’ailleurs. Il ne lui fallut pas moins de quelques secondes pour aussitôt fouiller dans ses poches en quête de cigarette et se mettre à enfumer tous le hall –bon c’était peut être un peu exagéré- dès qu’il en eu –par malheur- déniché une. Curieux, Matt devait vraiment planquer un nombre impressionnant de paquets dans ses poches étant donné qu’il arrivait toujours à trouver une cigarette, même après en avoir consommé des dizaines durant le long et pénible trajet qui les fit échoué dans ce détestable pays…

Avec un soupir mécontent, Eden se débarrassa de sa veste trempée et la jeta assez peu consciencieusement sur sa valise. Le bruit des portes qui s’ouvraient attira son attention. Eden observa un ptit brun se taper l’incruste dans le hall, dégoulinant de pluie. Ce gamin devait à peine avoir 14 ans et par conséquent représentait pour Eden un individu potentiellement collant et très certainement chiant et immature. Joie !
Et pour ne rien arranger de la piètre opinion que le blond se faisait déjà de lui, l’individu se mit à parler tout seul à propos d’une fille qui s’appelait Cléa et qu’il avait perdue. Le jeune homme se prit à prier mentalement pour qu’il ne la retrouve pas, du moins pas tant qu’il serait dans la même pièce que lui.

Le brun était accompagné d’une sorte de squelette plus ou moins vivant –ou du moins qui semblait être animé- qu’Eden identifiait difficilement comme étant une sorte d’oiseau. Cette fois c’était certain, ce type était vraiment un idiot. Le pauvre garçon se baladait avec un volatile mort vivant, parlait tout seul et son visage rayonnait d’une abominable expression juvénile. Non vraiment il n’avait rien pour plaire au blond. Pas de chance…
Heureusement que l’imbécile heureux ne les avait pas encore remarqué. Avec un peu de chance peut être que… Nan. Peine perdue. Le mioche venait de poser les yeux sur lui.

*Malédiction…*

Suou s’empressa de lui présenter un affreux sourire des plus enfantin, ce qui aurait presque pu faire frémir Eden, et se mit en devoir de les assommer de questions. Le principe même qu’on le questionne révulsait le jeune homme, mais en plus les questions étaient des plus niaises et Suou continuait de débiter ses âneries inlassablement, avec toujours ce sourire bon enfant et ce ton joyeux qui commençait sérieusement à lui taper sur le système.

*Bon Dieu, mais faites le taire !*

La dernière question du gamin fit bel et bien frémir Eden cette fois. Il serra convulsivement le poing –qu’il aurait bien voulu lui envoyer dans la figure- et s’apprêtait à remettre l’avorton à sa place, lorsque Matt le fit à sa place. Et la réplique était bien gentillette par rapport à ce que le respectable Matteo Valentine était capable de balancer. Eden se contenta donc de gratifier Suou d’un regard assassin.

Ce dernier avait à présent l’air d’un parfait imbécile. Non pas qu’il n’en avait pas l’air avant, mais cette expression c’était grandement accentué. Il ne cessait de froncer le nez en s’approchant de Matt, avec cet espèce de regard stupide. Eden ne pu empêcher un rictus sardonique de venir étirer un instant ses traits. Suou était à présent assez près du professeur de potion et nul doute que celui-ci allait rapidement l’envoyer voir ailleurs si il y était.

A ce moment là les portes s’ouvrirent une nouvelle fois, mais le jeune homme n’y prêta presque pas attention. Juste assez pour voir une adolescente entrer à son tour. Nan mais ils voulaient sa mort là ! Juste au moment ou le blond commençait à espérer que la fille –à l’étrange couleur de cheveux d’ailleurs- passerait son chemin, sa voix naïve et joyeuse brisa ses douces illusions. En même temps elle bondit carrément sur le brun, qui lui n’avait pas bougé entre temps. Eden les regarda un instant, l’air profondément navré –et aussi passablement de très mauvais poil-.

"Vraiment… Pathétique."

Ce charmant tableau s’accordait tellement bien à sa réplique favorite qu’il n’avait pu s’empêcher de la souffler du bout des lèvres.
Il coula un regard à Matt, dont toute animosité avait –momentanément bien sur- disparut et où l’on ne lisait plus qu’un désarroi désespéré. Oui bon désespéré faut pas exagérer. Disons qu’il avait besoin de sollicitude dans un moment aussi atroce… La proximité de ces deux débiles (sorry XD) l’embêtait profondément, l’énervait et en même temps l’effrayait. Oui oui l’effrayait. Car il se demandait si ces deux là allaient rester encore longtemps ou bien si ils allaient bientôt dégager. Mais cette seconde hypothèse semblait peut probable pour l’instant.

Apparemment il existait entre ces deux là des liens familiaux puisqu’il ne cessait de s’appeler ‘grande sœur’ et ‘p’tit frère’ ce qui les rendaient encore moins sympathique. Lorsque enfin Cléa se détache de ‘p’tit frère’, ce fut pour se tourner vers lui avec un exécrable sourire qui avait d’étranges ressemblances avec celui du brun. Et ce fut là qu’elle lui proposa d’être sa grande sœur.

*Miséricorde…*

Eden recula d’un pas en arrière, butant contre sa valise qu’il envoya plus loin d’un léger coup de talon. La stupeur céda bientôt place à la colère, puis à la franche inquiétude. Pourvus qu’il ne soit pas tous comme ça dans cette fichue école, sinon il ferait mieux d’aller se pendre à un des immenses arbres de cette forêt équatoriale de malheur ! Et pour comble, l’autre surenchéri en affirmant qu’ils se trouvaient désormais dotés tout deux d’une grande sœur et d’un petit frère.
Eden serra le point et fronça les sourcils avant de déclarer d’un ton sombre et vraiment peu engageant :

"Ecoutez moi bien les mômes, si jamais l’un d’entre vous à le malheur de s’approcher à moins de 10 mètres de moi, je vous garantit qu’il se fera bouffer dans la seconde par un énorme tigre enragé, compris ?"

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’Eden avait vraiment l’air furieux. Bon évidemment sa menace était plus une méthode de dissuasion car il ne contrôlait absolument pas ses transformations –les maîtrisaient encore moins- et si jamais ça avait été le cas, aucun tigre garou n’avait la possibilité de se transformer à volonté de toute façon. Cela n’arrivait que lors des nuits de pleine lune. Mais ça, ils n’étaient pas censés le savoir, n’est ce pas ?

(Moi j'adore le nouveau surnom de Matt ^^ mdr Mr.Red
Hum, excusez mon ptit ange, il est pas très... aimable Mr. Green )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Matt Valentine
Professeur de Potions
avatar

Nombre de messages : 29
Race : Tigre-garou
Âge : 28 ans
Origine(s) : Eden! ^-^

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Pathétique !......... Crevez tous !   Sam 22 Avr 2006 - 18:18

[Matt: crevez tous… =_=
Mwa: il apprécie le nouveau surnom XD
Matt: *regard mauvais* …et toi d'abord.]

Des bouffons. Non, pis encore: de frais fugueurs d'un asile psychiatrique proche. Ca ne pouvait être que ça…ou du moins Matteo Valentine se raccrochait tant bien que mal à cette conviction, histoire que la digue qui retenait laborieusement sa fureur de cède pas dès la première minute à Héméra. Pas de meurtre. Pas maintenant...il fallait résister.
C'était dur.
Très dur…

Visiblement, la question qu'il avait posée s'était perdue dans le babillage incessant de ce petit monstre, qu'il n'osait même plus qualifier d'enfant tant ce terme –déjà très péjoratif à ses yeux- s'éloignait de la terrible réalité de Suou. Ce n'était pas que son identité l'intéresse au plus haut point, mais le simple fait de négliger ses paroles constituait déjà un profond blasphème qui méritait une punition digne de ce nom –à sa voir châtiments corporels et compagnie…tiens, ses pulsions de meurtrier de romans noirs à deux dollars revenaient au galop.
Bien sûr qu'il avait été trop gentil. Il aurait mieux valut engueuler ce gamin, au moins il se serait défoulé un peu et à coup sûr, l'autre monstre aurait jugulé son fervent bavardage…
Mais cette pluie lui avait retiré son fier mordant de Méditerranéen, et additionné au voyage, à Eden et à sa raideur continuelle, il ne pouvait se permettre que de simples petites phrases acides –car s'il se laissait aller à sa frustration, il ne donnait pas cher de sa peau, au morveux.

**Sale gosse…**

Ce dernier, par une soudaine envie de trépasser ou de se retrouver à l'infirmerie pour un long séjour, s'approchait de lui. Et si cet acte n'était pas déjà assez condamnable, ce gamin se payait le luxe d'afficher une expression mêlant abominablement bien niaiserie et curiosité…et ce sans cesser de le fixer, lui.
Comme un grand félin scrutant une souris kamikaze en approche, Matt resta d'une immobilité statuaire en dardant un regard particulièrement mauvais au jeune vampire, qui ne semblait pas vouloir de décider à respecter la limite de deux mètres au-delà de laquelle seuls les intimes étaient autorisés –c'est à dire personne.
Qu'est-ce qu'il avait à le regarder comme ça, le morveux? Il n'avait jamais vu de Sicilien de sa vie, ou avait-il réellement envie de rejoindre un monde meilleur?
Matteo plissa ses yeux améthyste lorsque la proximité du gamin fut telle qu'il aurait souhaité reculer d'un pas si cela n'aurait pas en même temps entaché son honneur d'inflexible bonhomme teigneux. Il demeura donc aussi droit et stoïque qu'auparavant, et tenant sa cigarette entre deux doigts, il siffla de longues volutes de fumée qui virent s'échouer paresseusement mais ostensiblement sur le visage de Suou, autant pour lui arracher des toussotements que le faire rebrousser chemin. En général, les gosses n'aimaient pas les cigarettes, il pouvait donc espérer qu'elles deviendraient une défense passive contre ces petits monstres…Alléluia.

Mais malheureusement, la porte s'ouvrit de nouveau. Une fille à l'étrange chevelure et dont le visage pour le moins angélique lui donnait déjà une affreuse migraine venait de débarquer. Pis encore, elle s'était approchée d'eux. Et comble de l'horreur, elle s'était élancée vers le gamin dans une apostrophe des plus désagréables aux oreilles du Maître des Potions. "Petit frère". "Grande soeur".
Santa Madonna…
Matteo sentit comme une sorte d'enclume s'abattre sur son crâne, le faisait craquer de manière évocatrice alors qu'une ombre inquiétante projetée dans sa frange venait voiler ses yeux. Il détestait profondément les allusions à l'univers familial. Pas qu'il soit encore sensible à la disparition brutale de la sienne, non non, mais la seule idée que ces gamins prennent ce genre de lien à la légère l'agaçait au plus haut point.
…Imbéciles.

Eden venait de couler un regard dans sa direction, auquel il répondit par un plissement de lèvres, signifiant globalement "Ouais je sais, je sais. Ils sont chiants..." avant de reporter avec une lenteur ostensible son regard parme et terne sur les deux mômes à un seul et malheureux pas de lui.
Là, ils venaient de commettre une grossière erreur.
Et maintenant ils voulaient faire rentrer Eden dans leur petite famille de fous furieux?
L'absence de tact de ce petit duo souriant l'irritait modérément –après tout, il n'avait pas à se sentir blessé à la place d'Eden, ce serait un comble-, mais la seule chose qui parvint à lui raccrocher un sourire –très louche- aux lèvres, c'est que ces gamins se fiaient sans doute trop à la gueule d'ange de son fils, sans doute sans cerner son abominable caractère…

La réaction du jeune Danois fit à peine sourciller son tuteur, qui se contenta de croiser les bras en mordillant machinalement le filtre de sa cigarette. Bon, l'allusion à sa race n'était pas des plus fines et subtiles qui soient, mais elle aurait peut-être le mérite de faire tenir ces monstres à carreau. Il l'espérait sincèrement, en tout cas.
Comme pour complimenter Eden sur cette bienheureuse saute d'humeur, le Sicilien étira un sourire presque morbide et ricana légèrement, sa cigarette esquissant une brève danse entre ses lèvres pâles.

Ceci étant fait, une vague pensée frôla l'esprit de Matteo. Ah oui, il n'était pas là pour massacrer des élèves, mais pour leur enseigner les potions…il avait faillit oublier. Il avait hâte de commencer, juste pour ressentir ce plaisir indéfinissable qu'était le retrait de points et la distribution généreuse d'heures de colle…
Le Sicilien ôta sa cigarette de sa bouche, expirant des fumées grisâtres qui s'effilochaient nonchalamment au-dessus de leurs têtes, puis ajouta d'un ton maussade et aussi coupant qu'une machette, mais clairement moins agressif que ce dont il était capable –bien qu'il aurait souhaité hurler, jurer, et balancer ces deux gêneurs par une fenêtre sans l'ouvrir au préalable- :

"Auriez-vous l'amabilité de vous calmer un peu et surtout, de vous taire… j'suis pas d'humeur…"

Il coula un regard à Eden, afficha un furtif sourire moqueur avant d'ajouter:

"Et lui non plus, manifestement…"

Les yeux couleur améthyste de Valentine senior se posèrent avec la violence du marteau de la justice sur les deux "frangins". Dieu qu'il détestait les gosses…et il en arrivait même à se demander quelle substance il avait bien du absorber pour avoir l'idée de devenir enseignant. Quand il se serait débarrassé des deux monstres et d'Eden, il irait s'enfermer dans sa chambre pour épuiser tranquillement son stock de cigarette, et pourquoi pas s'offrir une petite consolation au goût d'amaretto…
Et pour concrétiser ce souhait, autant abréger cette joyeuse rencontre qui s'en s'étendant en longueur n'aboutirait qu'à un double meurtre. Aussi Matteo reprit la parole d'une voix dégagée mais toujours aussi venimeuse, en veillant bien à son ton ne tolère aucune hypothétique contradiction :

"L'idée me paraîtrait farfelue que l'un de vous deux soit préfet ou un délégué de maison…Cependant, si vous êtes à Coactus, vous pourrez toujours…l'accompagner..."

Ses derniers mots manquèrent de peu de le faire ricaner une seconde fois. "Accompagner"…Il avait presque pitié d'Eden et se trouvait particulièrement cruel à le laisser entre les pattes de ces fugueurs de l'asile.
Mais comme le disait l'adage: chacun pour soi et Dieu pour tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clefkléa Mint
Élève de Coactus - Première année
avatar

Nombre de messages : 90
Race : Ange
Âge : 16 ans

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Pathétique !......... Crevez tous !   Ven 28 Avr 2006 - 18:37

(On est censées (Oui, Lialée est une fille, le « e » se justifie. Et pour ceux qui ne le savaient pas, oui, le participe passé s’accorde avec « on » Mr. Green ) dire tout de suite à Eden qu’il est dans la même maison que Suou et Kléa ? Mr. Green (et « un » petit-frère ? Un bataillon, que dis-je, une armée, oui XD))


Euh ? Il avait dit "pathétique", non ? Il ? Qui çaaaaa il ? ... elle n'avait pas assez entendu pour défénir à qui appartenait la voix. D'ailleurs, elle n'était même pas sûre d'avoir entendu une voix ; en général, c'était mauvais signe. Enfin, d'après ce qu'on lui avait dit. Donc, c'était presque forcément un bon signe, si c'était certaines personnes qui avaient dit que c'était une mauvaise chose.

* Pathétique, pathogénique, pathognomonique, pathologique *

Son regard glissa en direction d’une source de bruit. Là où se situait à peu près le jeune garçon. Mais une fois de plus, elle se retrouvait obligée de renoncer à tenter de comprendre ou de savoir. Fichu cristallin. Fichus bouquins. Fichue administration. Mais c’était un sacrifice nécessaire, elle le savait maintenant : la preuve, elle avait eu ce qu’elle voulait.

« Se faire bouffer dans la seconde ». Mais c'était une menace, ça ? Bah, pour ce qu'elle risquait, de toutes façons, hein. C'était pas plus risqué que de se promener à l'aveuglette ; d'avoir un moment d'absence alors qu'on descendait des escaliers ; de se prendre une chaise qui n'aurait jamais dû être là (Vilaine chaise, d'abord). Et puis elle était habituée aux effusions de sang, après tout.
En bref, Kléa le savait : s’il lui arrivait quelque chose, son état pourrait presque déclencher un incident diplomatique.
Mais un tigre ? Etrange comme animal de compa…
Tigre.
Se rappelant brusquement, comme si ses réflexes n'avaient pas été assez rapides et que c'était grave, elle claqua des mains.


"Tyger Tyger, burning bright, in the forest of the night ; what immortal hand or eye, could frame thy fearful symmetry ?"

Les vers de William Blake n’étaient peut-être pas vraiment appropriés (Après tout, on aimait ou on aimait pas William Blake (Si on connaissait) ; mais c'était bourré de références donc, sympa ^__^), mais c’était les seuls mots qui lui venaient à l’esprit à l’évocation du mot « tigre ». Enfin, les seuls immédiatement. Coïncidence ?
« Comme dans la bible ? »
« Non, comme pour « tigre » »

Et les tigres, c’était beau comme animal, non ? Royal. Avec des réserves d’énergie gigantesques, des dents longues comme des sabres, capables de broyer des os en un instant.
Mais c’était paresseux. Horriblement paresseux à ses heures. Et ronchon. Et jamais content. Et…
Minute. Les tigres, en prédateurs habituellement lâches, fourbes, profiteurs, fainéants et décidément paresseux, ne s’attaquaient-ils pas aux plus faibles du troupeau ?
… mauvais plan.
Eh, pourquoi « troupeau » ? L’instinct grégaire ? Non, non, non, le « conditionnement » était tout sauf « grégaire ».
Enfin bref. Animal de compagnie ? Il aurait réussi à amener un tigre comme animal de compagnie ? Kléa se retint de rire. « Tigre », « animal de compagnie ». Ca n’allait pas plaire à quelqu’un, ça.
La piste de l’animal de compagnie était donc à exclure. Les élèves n’étaient-ils pas ici par rapport à une spécificité qui les isolait partiellement voir totalement de la société ? Bon. Il avait un rapport avec cet animal. D’ailleurs, qu’étaient-ils ? Ses lectures d’auras, aussi performantes (et utiles, puisque c’était le seul moyen qu’elle avait trouvé pour survivre au milieu d’une foule sans verres dressés entre elle et ses interlocuteurs) soient-elles ne lui permettaient que de définir ce qu’elle connaissait déjà. En l’occurrence, elle ne savait pas pour ces deux-là. Sans doute partageaient-ils la même spécificité, mais laquelle ? En regardant dans leur direction, elle arrivait seulement à déduire qu’ils avaient quelque chose de… spécial. Bah, comme presque chacun ici, jusqu’à preuve du contraire.


* 10 mètres ? Eh ! J’y vois pas grand chose, mais je sais quand même que la barrière est déjà rompue… *

C’était dommage, la plupart des couloirs faisaient bien moins de 10 mètres de large. Ca n’allait pas être possible, elle le craignait fortement. Non, dire qu’elle le craignait serait mentir, et elle ne mentait p… bon, elle était censée ne PAS mentir.
Et ça, ça n’était pas un mensonge. Parce que, si c’en était effectivement un, cela reviendrait à dire qu’elle était censée mentir ; et le fait de l’avouer revenait à dire la vérité, donc, elle brisait ce qu’elle venait de dire avec ses propres paroles (Dire la vérité alors qu’elle disait mentir).[1]

Kléa secoua la tête en fermant ses yeux qui commençaient à subir l’assaut des nouvelles gouttes d’eau qui ruisselaient à nouveau de son front, tout en profitant pour chasser celles-ci d’une main rapide. Rah, mince… il allait falloir qu’elle se change.
Uh uh uh. Peut-être que ce nouvel arrivant allait décréter que ses
vêtements, même trempés, étaient préférables à l’uniforme vert des Coactus en voyant à quoi il ressemblait, qui savait ? Ca serait sans doute drôle ^____^. Même si elle manquerait certainement une partie de sa réaction…

Tout en écoutant l’adulte qui prenait la parole, la jeune ange en profita pour essorer le bas de sa jupe (D’ailleurs, elle n’avait pas trop à se plaindre. La couleur lui plaisait, et ça ne la changeait pas vraiment pour se mouvoir, même pour courir).
Pas d’humeur
manifestement ? Aaaah. Normal. Crétin de cristallin. Méchant. Pas beau. Persécuteur moral.
Eh ? Ils étaient tous les trois dans la même maison, donc (Quelle idée de demander le chemin de Coactus s’il était à Remissus ou Saevitia, sinon ?) ?


"Moui, on est tous les deux à Coactus[2]. A moins que les directrices aient soudainement eu l’idée de refaire du changement parmi les élèves, ça n’a pas changé" répondit-elle d’un ton toujours guilleret en hochant rapidement la tête.

Pas dit qu’elle retrouve le chemin, par contre. Enfin, si, elle s’en souvenait. Et euh… Suou, est-ce qu’il le connaissait ?
Bah. Elle devait s’en souvenir. Elle avait intérêt à s’en souvenir. Elle s’en souviendrait.



[1] Gomen nasai, c’était trop tentant XD
[2] … j’imagine la tête d’Eden Mr. Green
(J'en ai maintenant la confirmation : Faut pas écouter Indochine en jouant Kléa ^___^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suou Hitori
Élève de Coactus - Première année
avatar

Nombre de messages : 48
Race : Vampire
Origine(s) : Oiseau squelette

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Pathétique !......... Crevez tous !   Jeu 25 Mai 2006 - 21:05

[Non, je ne suis pas en retard Mr. Green ]

Suou s’attendait à des exclamations de joies suite à son annonce. Il pouvait difficilement concevoir que quelqu’un n’accepte pas de devenir leur frère ; après tout, lui-même n’espérait que cela depuis touj … quelques temps, et il pensait qu’il en était de même pour tout le monde. Pourquoi seraient-ils différents ? Certes, ils étaient plus grands, plus blonds, plus … moins … bref, mais cela ne changeait pas le fait que, très globalement, ils étaient fais pareil – un ovale, un rond au dessus, et quatre bâtonnets.
Mais la réaction du jeune homme blond le déçu. D’après ses paroles (« si jamais l’un d’entre vous à le malheur de s’approcher à moins de 10 mètres de moi, je vous garantit qu’il se fera bouffer dans la seconde par un énorme tigre enragé ») le vampire en déduisait que c’était une menace. D’un autre côté … l’était-ce réellement ? D’abord, il fallait savoir ce que représentait 10 mètres. Suou avait bien envie de demander à l’oiseau quelle distance cela faisait mais il avait peur d’être ridicule. Et puis … bouffé par un tigre enragé ? >.< Il n’y avait pas de tigre … et puis, d’abord, les enfants se faisaient manger par des méchants loups avec de longues dents, pas par des tigres. Et fallait être habillé en rouge.
Il se tourna légèrement vers Eden avec un air interrogatif, avec la pure intention de rendre service à son frère – on s’entraide, entre membres d’une même famille.

« Vous voulez que je me change ? que je mette une capuche rouge, et que je prenne un panier ? Le problème, c’est que je n’en ais pas dans mes bagages …Mais si vous en avez, je pourrais vous aider. » [1]

Sur ces paroles pleines d’une immense sagesse, le Diffuseur se mit à … diffuser, de longues traînées de fumée qui s’élevèrent nonchalamment dans les airs. Suou observa celles-ci monter avec attention, tentant de comprendre pourquoi les cercles devenaient de plus en plus pâles pour finalement disparaître. Il entendit vaguement l’adulte dire quelque chose mais, le temps que son attention revienne sur terre, il avait déjà finit de parler. Bah, tant pis, ça devait pas être si important. Sinon il l’aurait répété.

"Et lui non plus, manifestement…"

Uh ? Non plus quoi ? Ca devait avoir un quelconque rapport avec ce qui avait été dit précédemment, car Suou ne voyait vraiment pas la signification de cette phrase. Pourquoi les êtres vivants ne parlaient-ils pas de manière plus simple et compréhensible ? [2]
Enfin. Le vampire se rapprocha de nouveau de grande sœur, malgré les ruisseaux qui en dégoulinaient. Ce n’étaient pas quelques torrents qui allaient l’éloigner de sa famille tout juste acquise. Et il était tout aussi trempé ; assurément, cela n’était pas dérangeant …

« On va tous à Coactus en famille alors ? Mr. Green »


[1] Pauvre Eden. Face à des personnages aussi bizarres, faut faire attention à ce qu’on dit Mr. Green
[2] *dit la fille qui adore faire des phrases compliquées*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eden Valentine
Élève de Coactus - Première année
avatar

Nombre de messages : 22
Race : Tigre-garou
Âge : 17 ans

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Pathétique !......... Crevez tous !   Ven 30 Juin 2006 - 16:55

(Moi non plus, absolument pas... Mr. Green (hm dsl si c'est court, j'ai un peu perdu le fil. ><))

Suou continuait de se rapprocher inexorablement de Matt, Eden commençait à penser que si tout les élèves de cette école étaient aussi inconscient alors cela se terminerait vite en joyeux massacre. Au moins, une fois la vermine exterminer, il pourrait se risquer à se 'balader' dnas les couloirs pour chasser l'ennui sans risquer d'être assaillit par une horde de gamins dégénérés. Il fallait avouer que parfois la présence de Matt pouvait se révéler utile... Mais celui-ci se contenta de souffler la fumée âcre de sa cigarette au visage du gosse. Mince, il aurait quand même pu se montrer plus réactif.

La jeune fille claque alors soudainement dans ses mains, apparemment en réaction à sa 'menace' pas très efficaces avant de sortir une phrase pas tellement compréhensible.

*Hein ?*

Une espression d'intense perplexité s'afficha sur le visage fin du jeune homme qui ne tenta même pas d'essayer de comprendre. Cette expression s'accentua encore lorsque Suou émit son propre commentaire. La ça dépassait vraiment tout ce qui était immaginable. Ces deux mômes avaient vraiment un problème cérébrale grave, il n'y avait plus aucun doute possible. Eden secoua vaguement la tête dans une totale incompréhension et lança un regard répréhensif à Suou et Clefkléa où se mêlait une sorte de pitié.

Après quoi Matt se mit en devoir de signifier aux deux élèves qu'ils n'étaient pas d'humeur à supporter leurs bavardages. Oui enfin, c'était rien de le dire. Si il pouvait tout simplement dégager... Eden aurait presque pu prier intérieurement pour que son voeux s'exauce. Presque. Il ne fallait pas pousser non plus hein. La suite le cloua sur place. Il avait osé suggérer que ces deux choses pathétiquement effroyables pourraient... l'accompagner ? Misère... Il savait déjà que Matt n'avait absolument aucune compassion à son égard et qu'il était sans doute l'homme qui avait le moins de coeur sur terre, et que son sort ne lui importait aucunement, mais au point de le livrer en pature aux deux gamins...

Il lui jeta le regard le plus haineux dont il était capable, tout en sachant très bien qu'au mieux ça ne pourrait que vaguement l'irriter, et au pire il s'en ficherait complètement, mais il se devait de bien lui faire comprendre ce qu'il en pensait. Il espérait qu'il regretterait amèrement d'être venus ici et aussi que tous les gamins du types des deux coactus iriaent joyeusement en cours de potion. Ce ne serait qu'une bien faible compensation. Et comble du malheur les deux gosses acuiésèrent euphoriquement en signifiant qu'ils étaient tous les deux à coactus. Il devait s'être attiré les foudres divines pour avoir autant de malchance. Son visage se décomposa en une expression de sainte horreur mêlée à de la haine, mais il repris rapidement le contrôle, affichant une expression qu'il souhaitait le plus neutre possible.

"Je te jure... Tu me paiera ça." marmona t'il d'un air sombre à l'adresse de Matt.

Puis il jeta un regard dissuasif aux deux gosses. Il allait bien devoir accepter. De toute façon quelque chose lui disait qu'ils ne le lâcheraient pas de si tôt. Il ramassa donc sa valise et à contre coeur il marmonna :

"Allons-y. Rapidement"

Autant abréger le plus possible ses souffrances. Plus vite ils partiraient et plus vite ils arriveraient et donc plus vite il se débarasserait des deux monstres. Il se sentit tout de même obligé de rajouter, pour Suou :

"Et je ne fais PAS PARTIE de votre FAMILLE"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pathétique !......... Crevez tous !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pathétique !......... Crevez tous !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ¤ Pathétiquement Pathétique ::
» Mieux vaut être indifférent et digne que malheureux et pathétique.
» Emeryc - Mieux vaut être indifférent et digne que malheureux et pathétique.
» -meuuuuf t'es sérieuse là- -je veux RP ugh- -chhhht t'es pathétique-
» " Pathétique "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
École Héméra :: Rez-de-Chaussée :: Hall d'entrée-
Sauter vers: