École Héméra

École de Sorcellerie
Inscrivez-vous avec un Prénom et un Nom !!!
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hystérie journalistique

Aller en bas 
AuteurMessage
Kim Waren
Élève de Saevitia - Première année
avatar

Nombre de messages : 123
Race : Sorcière
Âge : 15 ans

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Hystérie journalistique   Mer 14 Juin 2006 - 15:47

(Changé le titre ^^')

C’était une belle fin d’après midi, encore étouffante de cette effroyable chaleur que le soleil amazonien de cessait de déverser sans fin sur ce pays maudit. Kim ne s’était toujours pas habituée à ses rayons brûlants qui, en quelque jour à peine, avait foncé sa peau de rousse d’ordinaire assez pâle, si bien qu’elle avait l’air d’une vacancière de mauvaise humeur. De très mauvaise humeur. Si elle n’était pas encore connue pour ses coups de gueule mémorables et son caractère changeant, cela n’allait sans doute pas tarder. Ses fichus hémériens allaient vite apprendre que son sourire joyeux pouvait disparaître en moins de temps qu’il n’en fallait pour le dire.

Déjà qu’elle supportait mal le climat, que l’école était truffée de monstre affreux parmi lesquels les plus redoutables (et surtout les plus redoutés par la jeune fille) restaient ces immondes loups garous, mais en plus une nouveauté était venu s’ajouter à cette liste de mauvais côtés. Un journal de l’école. L’idée en soit était plutôt sympathique, et Kim se souvenait même de l’avoir approuvée. Mais personne ne s’était chargé de lui dire que cette feuille de choux n’était qu’un ramassis de potins et de fausses rumeurs.

C’est ainsi qu’elle avait découvert ce matin la première édition d’« Héméra News ». Elle n’y avait pas trouvé un grand intérêt au départ, jusqu’à ce qu’elle tombe sur son nom dans l’un des articles. D’abord incrédule, elle avait relu une bonne dizaine de fois cette article ce qui avait eu pour effet de la faire entrer dans une colère noire. Et naturellement, comme tout les lâches de ce monde, l’auteur avait bien pris soin de rester anonyme.

La jeune fille avait donc ressassé ses sombres humeurs toutes la journée, jonglant avec toutes les questions qu’elle se posait, à commencer par l’identité de l’auteur (celui là, si elle le trouvait…). Mais surtout elle se demandait comment monsieur (madame ?) Mystère avait bien pu savoir tout ça. Avait-il des espions partout dans l’école ? Ce qui était sur c’est qu’il ne se gênait pour insinuer des choses douteuses qui ne plaisait pas du tout à Kim. Qu’est ce qu’il pouvait bien en savoir de ce Jake et elle ressentait ? Et puis d’abord ça ne regardait personne, et surtout pas les petits curieux du genre de monsieur Mystère ! Tout n’était pas encore très clair pour elle, et ce qui était sur c’est que ces rumeurs ne l’aidait en rien (voire la poussait à la paranoïa… comme si elle avait besoin de ça !).

Toujours est-il que la journée s’était traînée en longueur et qu’elle avait déjà arraché 5 ou 5 journaux des mains de plusieurs élèves qui continuaient de lire avidement toutes ces âneries. Les cours étaient terminés, et elle s’apprêtait à sortir dehors, histoire de se calmer un peu. Elle commençait tout juste à s’apaiser légèrement lorsqu’en descendant les marches du grands escaliers, elle découvrit encore un élève en train de lire… ce fichu journal. Les années n’avaient pas effacées un trait de caractère très présent chez elle, à savoir son impulsivité. Aussi descendit-elle les quelques marches qui la séparaient du brun en quelques bonds. Elle arriva juste derrière lui sans qu’il sembla l’entendre ou la remarquer. Sans même chercher à se contrôler, elle lui arracha brusquement son journal des mains avant de remonter quelques marches pour éviter qu’il ne le lui reprenne et de se mettre à vociférer en agitant furieusement l’édition :

« Nan mais t’as pas honte de lire des trucs pareil !! C’est n’importe quoi, c’est qu’un tissu de mensonges ! Ca sert qu’à abrutir l’esprit des élèves et à emmerder le monde en faisant courir de fausse rumeur !! Tu ferais mieux de t’occuper à autre plutôt qu’à encourager ce genre de chose ! »

Son ton laissait largement transparaître sa colère et n’acceptait visiblement aucunes répliques négatives, qu’elle ne manquerait pourtant pas de subir. Et dans son agitation, elle avait à peine observer le visage du pauvre élève qu’elle venait presque d’agresser.

(Réservé)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Blackleaf
Élève de Remissus - Première année
avatar

Nombre de messages : 20
Race : Sorcier
Âge : 13 ans
Origine(s) : Rajan, un écureuil palmiste

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Hystérie journalistique   Jeu 22 Juin 2006 - 16:41

Citation :
"Kim Warren aime un fantôme.
Notre envoyé très très spécial nous
a déniché une perle!
Comment vivra-t-elle sa relation
avec le spectre?
Jake Lewis, le fantôme, essaye-t-il de retrouver
les sensations perdues des vivants?
Kim l'aime-t-il vraiment ou bien est-ce de la pitié?
En tout cas ils se sont bien
embrassés dans la salle sur demande!"


Adam marqua une pause au dernier point d'exclamation de ce petit article, parut dans la gazette de l'école. Il avait la vague impression de tenir en équilibre précaire sur ce point de ponctuation comme une funambule exténué, prêt à rejoindre de blancs abîmes d'une seconde à l'autre. Juste cette vague impression…car l'empire de ses pensées ressemblaient furieusement au vide intersidéral.
Alors elle, comme les autres, avait accepté de venir à Héméra poursuivre sa scolarité? Et dire qu'il ne l'avait jamais, jamais croisée dans le moindre couloir de ce château depuis son arrivée.
Premier pincement au cœur.
Mais à quoi ça servirait au fond, de la croiser? Grande sœur…Kimmy. Non. Il ne méritait même plus le l'appeler ainsi…il était un méchant frère. Un monstre, un démon. Au sens profond du terme, fallait-il préciser désormais. Quand bien même se croiseraient-ils, il ne pourrait rien dire, même pas la regarder. Elle le lui avait interdit, il s'en rappelait comme si c'était hier.
Deuxième pincement.
Est-ce qu'elle riait à nouveau? Probablement. Etait-elle vraiment tombée amoureuse du fantôme de Magileige, comme le prétendait le journal? Il était bien prêt à le croire…Elle avait toujours été très…le mot juste lui échappait.

Citation :
En tout cas ils se sont bien
embrassés dans la salle sur demande!"

Adam relut la dernière phrase, les lèvres plissées. Est-ce que tout ça la rendrait heureuse…? Bien qu'il se permettait d'en douter, il l'espérait. Pour elle.

Assis sur les dernières marches de l'escalier principal, Korrigan gardait ses yeux pers rivés sur le journal de l'école. Il était déjà l'après-midi, et il n'avait pu s'en procurer un exemplaire que lorsqu'il eut bouclé tous ses cours de la journée.
En arrivant à Héméra, il avait eut droit à plusieurs mauvaises surprises. La première et la pire de ces surprises se prénommait Kalhan, Kalhan Myazaki. Ensuite, moindre mais constante, les uniformes. Adam portait donc –bien que le terme exact soit "subissait"- ce merveilleux bermuda aux poches ornées de motifs écossais bleus, et un haut blanc sans manches au col lacé. Le seul point positif était que le bleu –bénis soient les goûts du fondateur de Remissus- s'accordaient mieux aux préférences d'Adam, et qu'au moins il n'avait pas chaud aux jambes. Positivons.
Donc, installé tranquillement au beau milieu du chemin, l'Irlandais fixait intensément la feuille, sans vraiment s'attarder sur les autres articles –bien qu'il était plus que d'accord sur le commentaire des uniformes…- et ruminant lentement cette nouvelle. Kim amoureuse d'un fantôme…amoureuse…amoureuse

Adam poussa un léger soupir, et un petit couinement lui répondit. Rajan, comme d'habitude juché sur son épaule, attendait dans sa grande mansuétude de maharadjah que son maître l'emmène faire sa promenade du soir. Mais ce dernier était visiblement plongé dans de trop abyssales pensées pour se préoccuper de son sort…aussi manifesta-t-il sa présence avec subtilité, plantant ses griffes sur la joue blanche du sorcier pour la labourer consciencieusement.

"Aïeuh…"

Ce marmonnement peu convainquant de la victime poussa l'écureuil à jouer une dernière carte: la bouderie. Il alla se placer à l'extrémité de l'épaule en présentant ostensiblement sa queue touffue.

Puis soudainement, Adam entendit des pas précipités dans son dos. Des mains jaillirent pour lui arracher des mains l'exemplaire d'Hemera News, puis il y eut d'autre pas, en chemin inverser manifestement. Avait-il bien aperçut de longues mèches d'une jolie teinte rousse?
Etonné par cette seconde agression plus soudaine et surprenante, le brun ne pensa pas immédiatement à se retourner vers la voleuse de journaux. Et une voix s'éleva.

Son cœur rata un battement. Le petit funambule tomba de son point d'exclamation et fut englouti par les blancs abîmes.
Cette voix…
Les muscles de ses épaules se tendirent alors qu'Adam se mettait à fixer bêtement ses mains vides.
Cette voix...
Rajan, lui-même effrayé par cette soudaine intervention, s'était laissé chuter le long du bras et alla se réfugier sur la rambarde de l'escalier.
Cette voix…c'était celle de…

"K…"

L'Irlandais laissa ses lèvres entrouvertes, mais il fut incapable de moduler le si simple prénom de Kim.
Pourquoi avait-il soudainement envie de pleurer? Pleurer de joie, parce qu'il l'entendait enfin pour de vrai, après avoir passé de longs mois à n'avoir en tête que le spectre de ses phrases assassines…Et pleurer de douleur, parce qu'il ne pouvait pas lui faire face. Pas après ce qu'il avait fait -Monstre –Démon!

Avec une lenteur irréelle qui tenait presque de la décomposition de mouvements, il se redressa. Est-ce qu'il était plus grand que Kim, maintenant? Peut-être…Et dire qu'il n'y avait pas si longtemps, il s'accrochait à sa taille comme un bambin…–monstre, démon!

Et elle était juste derrière lui…

Cours…

Est-ce qu'il pourrait au moins se retourner, pour la voir?

Cours…!

Juste la voir…

COURS!

Les muscles de ses jambes se mirent en marche tout seuls, comme si on avait soudainement fait claquer un fouet à ses mollets. Le couloir principal déroulait son long ruban sombre devant lui, et il courrait vite.
Tiens, il fuyait…?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Waren
Élève de Saevitia - Première année
avatar

Nombre de messages : 123
Race : Sorcière
Âge : 15 ans

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Hystérie journalistique   Mar 27 Juin 2006 - 20:48

Aucune réaction notable. Aucun cris furieux, aucune tentative pour récupérer le journal. En fait l'élève ne daigna même pas se retourner pour lui faire face. Juchée quelques marches au dessus de lui, Kim cessa de crier et d'agiter le journal pour observer la pauvre victime de son énervement, ce qu'elle n'avait pas pris le temps de faire jusqu'à maintenant.

C'était un jeune homme manifestement. Il se redressa lentement et elle remarqua qu'il semblait tendu... Remarque pas étonnant, elle venait juste de l'agresser violemment et soudainement. Le pauvre ne devait même pas comprendre pourquoi. De plus elle aussi avait lu ce journal, et elle n'y aurait rien trouvé à redire si certaines rumeurs ne l'avaient pas directement concernées. Alors peut être qu'il n'était pas si coupable que ça. C'est vrai qu'elle n'avait pas vraiment réfléchit à la question. Mais après tout ce n'était pas la première fois qu'elle commetait une boulette, et si cela pouvait réduire le nombre de lecteur de la gazette alors tant mieux.

Néanmoins le brun demeurait étrangement immobile, bien que légèrement tremblant, mais surtout silencieux. Très silencieux. La jeune fille fronçat les sourcils. Elle s'apprêtait à dire quelque chose lorsque le jeune homme décida soudain qu'il n'avait plus envie de rester planté là. Mais il réagit de façon pour le moins étrange...

*... Euh... Il se barre ? Oo... Ah... bas ouais... Mince je fais si peur que ça ? ><*

Oui bon elle lui avait crier dessus, elle luia vait arraché son journal des mains. C'est vrai... Mais quand même !

Il y eu quelques secondes de flottement durant lesquelles Kim regardait le remissus s'enfuir en courant avec une expression incrédule et perplexe. Quelques secondes, juste le temps de se dire qu'il lui rappelait vaguement quelqu'un... Quelqu'un comme...

*Adam OO*

De nouveau un vide. Comme si quelqu'un avait appuyé sur 'pause'. Elle avait l'impression d'avoir la tête vide. Comme si les échos de ce prénom ne cessaient de se répercuter à l'infini sans jamais rencontrer autre chose que le vide. Puis comme un flash elle revit cette journée d'hiver. Elle revit toutes ces journées où il était là. Et celles où il ne l'était plus. Comment en étaient-ils arrivés là ? A ce point. Il fuyait. Il ne voulait même pas la voir, lui parler. En fait non. C'était elle qui le lui avait interdit. Elle et personne d'autre. C'était sa faute et elle le savait. Elle n'avait cessé de ressasser ce sentiment de culpabilité.

Mais c'était tellement absurde, tellement stupide. Il n'avait rien fait de mal. Mais elle avait eu peur. Tellement peur. Elle sentait ses genoux trembler, elle s'aggripa à la rampe. Elle le voyait toujours courir. Mais bientôt il atteindrait les portes du hall. Et elle allait le laisser partir. Encore.

"Adam..."

Sans s'en rendre compte, elle avait lâché la rampe et descendu l'escalier. Et maintenant elle courait.

"ADAAAAM !! Attend ! Ne pars pas comme ça !"

Plus vite. Il fallait qu'elle le rattrape. Tout ce temps, sans le revoir. Il fallait qu'elle lui dise. Absolument. Il fallait qu'il sache, ses regrets, ses doutes. Sa culpabilité qui la rongeait. Et puis il fallait qu'elle lui dise à quel point elle avait regretté. A quel point il lui avait manqué, et à quel point il lui manquait encore. Il fallait qu'elle lui demande pardon. Même si elle avait vaguement conscience qu'elle n'était pas pardonnable et que tout ce qu'elle pourrait dire n'y changerait rien. Mais tant pis. Il fallait qu'elle essaye. Ca faisait trop longtemps qu'elle voulait lui dire toutes ces choses.

Elle sentit sous ses doigts le contact tiède et doux de sa peau. Elle frissona. Elle faillit le lâcher, mais elle ressera l'étreinte de sa main sur son bras. Elle l'avait rattrapé, presque devant les portes. Autour d'eux quelques élèves c'était arrêtés pour les regarder passer en courant d'un air bizarre. Peut importe elle ne les voyait pas.

"Adam... Attends."

Sa voix n'était qu'un murmure enroué, hésitant. Elle voyait à peine son visage, il était presque dos à elle et elle ne pouvait qu'entrevoir à quel point il avait changé. Il n'était plus le petit gamin, le petit lutin de Magileige, qu'il avait été. Tant de temps s'était-il donc écoulé ? Tant de temps à rattraper...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Blackleaf
Élève de Remissus - Première année
avatar

Nombre de messages : 20
Race : Sorcier
Âge : 13 ans
Origine(s) : Rajan, un écureuil palmiste

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Hystérie journalistique   Ven 30 Juin 2006 - 13:09

Un frisson électrique, mais désespérément glacé, glissa sournoisement le long de son dos.
Elle venait de l'appeler par son prénom. "Adam". Ca résonnait lourdement dans son esprit, et il n'arrivait pas à déterminer s'il était heureux qu'elle l'air reconnu, ou bien abattu.
Il courait toujours. Mais son agilité qui lui avait valut le surnom de Korrigan semblait s'être offerte quelques vacances; ses jambes lui paraissaient pesantes, comme engourdies.

Mais il attendrait bientôt la porte. Dehors, dehors!

Elle lui disait de ne pas courir. Et il entendait des pas précipités derrière lui, qui se rapprochaient inexorablement. Kim le poursuivait…? Mais pourquoi?
Il était un méchant frère. Un monstre, un démon.
A chaque qu'il parvenait à s'engloutir dans un de ses rêves impies, quelque chose ou quelqu'un venait planter une dague brûlante dans son cœur…Lui qui avait crut vivre heureux, sans soucis à Magileige après des années passées dans l'aversion de son père…la Démone était venu le réveiller. Difficilement, il s'était rebâtit un rêve bancal sur les cendres de son cœur, il avait réaffiché un sourire. Héméra était un jour nouveau, une nouvelle chance.
Quelle douloureuse dague…quel pénible réveil.

Un frôlement. Incroyablement doux, agréable. Pourtant…

Un étau semblait s'être mis en tête de broyer consciencieusement ses entrailles. Kim le retenait par la main. Et la porte, la sortie, l'échappatoire, était si proche…Elle lui disait d'attendre. Mais pourquoi…?

Tu dois fuir.

Alors pourquoi ne bougeait-il pas…?
Kim…elle devait être enfin heureuse. Elle avait du retrouver des amis de Magileige, et nul doute qu'elle s'en était fait d'autre dans cette nouvelle école. Et s'il en croyait le journal, elle était même amoureuse…
Il n'y avait plus de monstre pour la faire pleurer, enfin.

Lentement, aussi lentement qu'il s'était levé un peu plus tôt, il se retourna. Son visage avait changé depuis un an…un peu plus ferme, les joues moins rondelettes et à présent dénué de toute jovialité.
Ses yeux pers demeuraient résolument baissés, et on les aurait dit presque clos avec leurs longs cils fournis. Il ne regarderait pas Kim, il ne poserait pas son regard sur son visage, ne croiserait pas ses yeux. Ce serait une injure.
Il fixa son bras auquel était agrippée une main féminine et pâle. Il voyait uniquement cette main, et les jambes de Kim. Elle devait avoir encore grandit, mais quelque chose lui disait qu'il était à présent plus grand qu'elle. Mais à quel point?
Tandis qu'il fixait imperturbablement cette jolie main qui le retenait, la commissure de ses lèvres se tordit furtivement, avec amertume.

*Kim, Grande-sœur…*

Etranglant tant bien que mal son appel piteux qui naissait au fond de son esprit, il posa avec douceur sa main sur la sienne. Une peau toute douce, tiède. Son cœur serra cruellement, mais il s'efforça de ne rien montrer sur son visage terne.
Il défit avec une infinie délicatesse mêlée d'une sourde fermeté la prise de la jeune sorcière sur son bras, puis la lâcha. Et le regretta presque aussitôt…
Il voulait s'excuser, lui dire qu'il était désolé, quelque chose. Peut-être juste "au revoir", ou n'importe quoi, une bêtise, quelque chose!
Mais il n'en avait pas le droit. C'était interdit...

Méchant frère. Va-t-en.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Waren
Élève de Saevitia - Première année
avatar

Nombre de messages : 123
Race : Sorcière
Âge : 15 ans

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Hystérie journalistique   Ven 30 Juin 2006 - 21:08

Elle le retenait toujours par le poignet, même s'il s'était arrêté. Avec une lenteur infinie il se tourna enfin vers elle. Elle ressentit un léger pincement au coeur en redécouvrant son visage. Elle y reconnaissait nettement ses traits, mais il avait tellement changé. Ce n'était plus le petit lutin de Magileige, ce n'était plus le petit gamin qui lui offrait des sucettes en forme de coeur. Il ressemblait plutôt à un jeune homme aujourd'hui. Un très beau jeune homme. Ces traits fins avait gardés quelque peu les marques de l'enfance, mais il avait fait une poussée de croissance incroyable. Elle se rendit compte qu'à présent elle devait les yeux pour observer son visage. Dire qu'autrefois il lui grimpait sur le dos !

Elle sourit faiblement. Il gardait les yeux baissés. Il ne voulait même plus la regarder... Ce n'était pas étonnant, vu la façon dont elle avait agit et dont elle l'avait traité. Elle se mordit les lèvres. C'était si stupide... Comment avaient-ils pu s'éloigner autant ? Il avait été sa famille. Elle l'avait vraiment concidéré comme tel. Mais on ne se rend compte de ce que l'on a que lorsqu'on le pard. C'était vrai. Elle c'était rendue compte trop tard. Mais elle avait toujours été bien trop impulsive pour pouvoir contrôler l'excessivité de ses réactions.

Elle sentit sa main se poser sur la sienne. Elle frissona à ce contact ancien, ce simple contact qui lui fit monter les alrmes aux yeux. Lentement, mais fermement il détacha l'emprise qu'elle avait conserver sur son bras. Puis il lâcha sa main qui retomba faiblement le long de son corps. Ses prunelles bleus étaient emplie de larmes contenues. Des larmes bien inutiles. Mais elle souriait toujours faiblement. Elle ferma les yeux pour éviter de pleurer. Elle frissona légèrement mais se reprit. Ils devaient parler. Absoluement. Il ne fallait pas qu'elle se laisse aller.

Elle rouvrit les yeux. Il ne la regardait toujours pas. Il était si grand... Il avait tellement changé. Tant de temps à rattraper... Elle mourrait d'envie de le serrer dans ses bras, mais elle n'osait pas. Elle se raprocha de lui, si près qu'elle le frôlait presque. Elle inspira longuement pour se donner un peu de couage, et elle se lança.

"Adam... Je suis tellement, tellement désolée... Si tu savais comme je m'en veut."

Elle baissa la tête, les yeux à nouveau plein de larmes et la gorges nouée. Mais pas question de craquer. Elle glissa une main tremblante sous son menton pour qu'il relève le visage. Ses prunelles humides croisèrent brievement son regard pers. Son coeur se serra.

"Est ce que... Est ce que tu veux bien que nous discutions un peu ?"

Si il ne voulait plus jamais entendre parler d'elle, elle comprendrait. Mais il fallait au moins qu'elle essaye de réparer ses erreurs. A défaut de les faire pardonner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Blackleaf
Élève de Remissus - Première année
avatar

Nombre de messages : 20
Race : Sorcier
Âge : 13 ans
Origine(s) : Rajan, un écureuil palmiste

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Hystérie journalistique   Ven 7 Juil 2006 - 20:05

Il pouvait sentir les frissons de Kim. Mais il ne comprenait pas pourquoi…Pourquoi tremblait-elle? Qu'avait-il fait de mal, cette fois?
Laissant ces noires pensées rôder dans son esprit telles une horde de loups ricanants, il ne remarqua que très tardivement que la jeune fille s'était rapprochée de lui. Et toujours cette question martelée sans relâche, comme une masse abattue sur un fer ardent. Pourquoi, pourquoi, pourquoi…Ou plutôt comme des épines lancées une à une dans son cœur.

Il voulait tellement croire que Kim l'ait pardonné, même s'il ne le méritait pas.
Il avait été un méchant frère, un monstre, un démon. Comme Kalhan…

"Toi, ne m'approche plus jamais ! Ne me parle plus, ne me touche plus... Ne me regarde même plus !..."

Si méchant…Méchant au point de souhaiter que sa chère "grande sœur" oublie ce qu'il avait fait, qu'elle passe l'éponge…Cruel, en plus d'être égocentrique!

Mais Kim reprit la parole. Tout doucement. Pourtant Adam tressaillit comme si elle s'était soudainement mise à lui crier après…ses entrailles étaient scrupuleusement broyées par une main invisible, les tordant à l'en rendre nauséeux. Chaque mot échappé des lèvres de la jeune sorcière était lentement, laborieusement assimilé par son esprit qui recomposait la phrase avec une lenteur intrigante. Pourquoi s'excusait-elle? C'était lui, le méchant. Elle, elle n'avait jamais rien fait, rien dit de mal. Kim était gentille, elle ne faisait jamais de peine aux autres…

Une main tiède sur son menton l'extirpa brutalement de ses nouvelles pensées prédatrices. Un frisson vif parcourut son corps, mais il se laissa manipuler aussi docilement qu'une poupée de chiffon.
Ses yeux vert d'eau rencontrèrent les prunelles céruléenne de sa bien-aimée sœur. Un éclat de douleur passa dans son regard. Non, il n'avait pas le droit de la regarder…Mais c'était elle qui avait cherché à croiser le sien! Etait-ce là la prémisse d'une rédemption?
Que de belles paroles…lui-même n'avait pas sut pardonner à son père de l'avoir tant haït pour un crime dont il n'était pas directement responsable. Pourquoi aurait-il le droit de recevoir le pardon de Kim?
Cette dernière avait les yeux embués de larmes. Il n'avait encore rien qu'il la faisait déjà pleurer…quel monstre…
Cependant et contre toute attente, elle lui proposa de rester, pour qu'ils discutent un peu. Discuter un peu…?

Une expression de surprise mêlée d'affliction passa furtivement sur les traits du jeune Irlandais. Elle commettait une erreur, ou bien tout cela n'était qu'une illusion... Ou alors c'était une autre Kim qui connaissait un autre Adam…
La réalité replanta aussitôt ses crocs dans l'esprit égaré de Korrigan. Il n'avait pas vraiment conscience d'être resté profondément silencieux de longues secondes, trop occupé à ruminer ses pensées et déraisonner allègrement. Mais il finit par ciller, et baissa instinctivement sa tête en se dégageant de la main de Kimberly. Il devait répondre. Un signe de tête devrait suffire…Non. Oui. Restait à choisir entre ces deux réponses aussi douloureuses l'une que l'autre.
Mais au fond, il savait déjà. Il serait incapable de refuser. Oui, oui, oui, c'était ce que criait chaque battement de son cœur. Sa gorge n'était cependant pas capable de retranscrire oralement sa réplique, tant elle était nouée par l'émotion…aussi se contenta-t-il d'esquisser un lent signe de tête affirmatif, en gardant son regard résolument planté sur la clavicule de la jeune sorcière. Croiser son regard bleu outremer était aussi enivrant que déchirant…il n'avait pas la force de résister à la honte qu'il s'inspirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Waren
Élève de Saevitia - Première année
avatar

Nombre de messages : 123
Race : Sorcière
Âge : 15 ans

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Hystérie journalistique   Mar 25 Juil 2006 - 19:12

Elle sentait chacun de ses frémissements, ses tremblements incontrôlés, elle le sentait tellement bouleversé. Sa simple présence avait un tel effet sur lui... C'en était presque effrayant. Rien que de repenser à leur complicité d'avant, elle se demandait comment ils avaient fait pour en arriver là. Tant de temps à la recherche d'une famille, tant de solitude, pour parvenir finalement à tout gâché. Oh, c'était bien facile de se dire que la seule responsable, c'était elle, que la source de tous ces problèmes, c'était Kalhan. Elle qui les avait tous fait souffert, à des degrés plus ou moins élevés, elle qui avait tant de pouvoir, tant d'emprise sur les Magilegiens. Personne ne contesterait, tout le monde approuverait. D'ailleurs elle ne s'était pas prouver de faire de la nippone la seule coupable de son malheur. Tant de temps à se voiler la face. Pour en arriver là.

Il lui avait fallut du temps pour parvenir à regarder en face ses souvenirs. Du temps et le courage de revivre cette journée d'hiver pour enfin assumer sa propre part de responsabilité. Elle osait espérer qu'il n'était pas trop tard désormais pour tout réparer. Le voir, se rendre compte qu'il avait tellement changé lui faisait en même temps prendre conscience des mois écoulés. Ils ne pourraient pas reprendre là où ils s'étaient arrêtés, car tout avait changé. Même le lieu de leur scolarité, même eux, même tout. Rien n'était plus pareil. Il était la preuve vivante de ce temps qui les séparait. Du temps qu'il faudrait rattraper. Elle laissa échapper un léger soupir.

Elle sentit le frisson qui le secoua des pieds à la tête lorsque leurs regards se croisèrent, pour la première fois depuis si longtemps. Cela lui serra le coeur, bien plus que s'il l'avait repoussé. Il y avait cette proximité entre eux qui lui paraissait désormais presque étrangère, comme une réminiscence de temps anciens. Elle sentit dans son silence tous ses doutes, sa perplexité. Elle sentit sa fragilité, elle sentit les questions qu'il se posait. Elle attendit, le laissant se dégager encore de son emprise. Elle ne pouvait pas lui en vouloir pour ça. Il était bien trop tôt pour qu'il lui laisse le droit de le toucher ainsi, peut être même qu'elle ne serait plus jamais autorisée à le faire.

Elle laissa planer le silence entre eux, sans le troubler, lui laissant le temps de répondre. Ce fut un simple signe de tête, presque imperceptible, difficilement esquissé. Mais c'était suffisant. Elle respira tout à coup beaucoup mieux, elle sourit largement. Ce ne serait pas facile, mais ça ne pourrait pas être plus dur que ce qu'ils avaient déjà traversé. Elle s'écarta soudainement, remettant de la distance entre eux. Elle lui attrapa la main, encore une fois, et elle l'entraîna à sa suite. Il ne pouvait tout de même pas discuter planté au milieu du hall comme ça. Elle le ramena aux escaliers, pratiquement désert, heureusement. Elle se laissa tomber sur la seconde marche, l'entraînant dans son mouvement. Sitôt qu'ils furent assis côte à côte, elle lui lâcha la main.

Elle laissa de nouveau un silence s'installer, juste le temps d'évacuer sa propre tension. Elle gardait le regard fixé devant elle, ne regardant rien de particulier, sentant sa présence proche, mais sans le voir vraiment ce qui était plus facile, pour elle comme pour lui. Elle savait bien qu'il ne dirait rien, pas avant qu'elle même ne parle. Il n'avait même pas pu exprimer son accord à haute voix, il ne fallait pas s'attendre à ce qu'il entame la discussion. Et puis c'était elle qui était venue vers lui, elle qui lui avait demandé de l'écouter. Il fallait donc bien qu'elle parle. C'était mieux ainsi sans doute... Elle pourrait tout avouer, tout dire, tout confesser. Il persistait en elle le doute et la peur surtout, la peur qu'il l'a rejette, même s'il en avait parfaitement le droit. Alors elle inspira une grande bouffée d'air et se lança dans sa confession, si longtemps réfléchie :

"... Tu cours vraiment très vite. J'ai bien cru que je ne te rattraperai pas !"

Oui. Bon... La vérité c'était qu'elle ne savait pas comment commencer. Affronter ses souvenirs, reconnaître ses tors, c'était une chose. Lui parler de ça, à lui, c'en était une autre, bien plus difficile.

"Tu sais... Je suis vraiment contente de t'avoir retrouvé ici. Je sais que t'as peut être pas envie de me voir mais... Moi j'avais envie, j'avais besoin, de t'expliquer. Et de m'excuser aussi."

De nouveau un silence. Très court. Juste histoire de le laisser protester si il ne voulait pas l'écouter. Puis elle reprit :

"J'ai souvent repensé à... cette journée."

Il faudrait bien en parler de toute façon. Son regard chuta sur mains, crispées sur ses genoux.

"La vérité, ce que personne ne sait, ce que je n'ai jamais dit... La vérité c'est que... Kalhan me fait peur. Elle m'a toujours fait peur. Elle est la personne qui me terrifie le plus. C'est pour ça que je ne la supporte pas, pour ça qu'on se lance des sors sans cesse. C'est pour ça que... Ce jour là s'est déroulé comme ça. Je ne voulais pas te faire de mal. Mais j'ai eu si peur... Quand je t'ai vu, avec elle, quand je l'ai vu essayer de te faire du mal, comme à tous les autres, j'ai eu peur. Et puis ta réaction... C'était vraiment trop pour moi. Je ne pouvais pas l'accepter. Je n'ai pas pu m'empêcher... De dire ce que j'ai dit. Je sais que je ne pourrais jamais l'effacer. Mais bon sang, si tu savais combien j'ai regretter ! Je suis désolée, infiniment désolée, bien plus que je ne pourrais jamais te le dire."

Voilà c'était dit.

"Je comprend bien que tu ne pourra sans doute pas me pardonner. Mais je tenais quand même à ce que tu saches que je regrette. Je suis désolée..."

Elle ne pouvait s'empêcher de répéter inlassablement ses mots, qu'elle avait tant gardé pour elle même. Elle avait même envie de le hurler, de lui dire qu'elle ne supportait plus de lui avoir tant fait de mal. Sans qu'elle puisse s'en empêcher, son regard de nouveau empli de larmes, se posa sur lui. Elle était incapable de quitter son visage des yeux. Il lui avait tant manqué...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Blackleaf
Élève de Remissus - Première année
avatar

Nombre de messages : 20
Race : Sorcier
Âge : 13 ans
Origine(s) : Rajan, un écureuil palmiste

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Hystérie journalistique   Sam 12 Aoû 2006 - 15:52

C'est presque dans un état second qu'Adam se sentit entraîner par la main. La main de Kim! C'était un détail suffisamment important pour qu'il se raccroche courageusement à la réalité, et prenne le temps d'analyser la situation.
La fille qu'il aimait le plus en ce bas-monde, et hélas celle qui l'avait détesté bien plus longtemps que c'était humainement supportable –pour lui, en tout cas. Etait-il vraiment possible de réparer le miroir brisé? On bien fallait-il en jeter les tessons et en refaçonner un autre, plus solide, plus beau, plus brillant…?

Il était assis sur les premières marches de l'escalier principal. La transition était si rapide qu'il en fut un instant égaré. Kim était là, à côté de lui, et venait de libérer sa main…
Il entendit un couinement familier, et fut à peine surpris de voir resurgir Rajan, se dandinant sur le dallage, la queue haute et affectant l'air outré des princes qu'on aurait délaissés pour une roturière. L'écureuil grimpa le long de son pantalon pour se jucher sur son genou plié. Nouveau couinement; il avisait Kim de ses yeux noirs et sévères.
Adam inspira longuement, puis détourna l'attention du rongeur en lui chatouillant le ventre de l'index, ce qui avait le don de le rendre plus aimable que d'ordinaire.

Mais il ne devait pas oublier pourquoi il était là. Là, sur les marches de l'escalier, à côté d'elle…Elle qui s'efforçait déjà de parler, bien que cela parut à l'Irlandais un effort que lui-même ne saurait surmonter s'il avait été à sa place.

Sa première remarque lui arracha un sourire amer. Il s'évertua à ne pas la regarder directement lorsqu'elle reprit la parole, fixant avec une intensité exagérée Rajan qui gesticulait sous ses caresses nerveuses.

"J'ai souvent repensé à... cette journée."

Un frisson glacé sillonna sournoisement sa colonne vertébrale. Cette maudite journée…il aurait voulut la gommer, la déchirer, l'effacer pour toujours de son existence et des mémoires. Il voulait oublier la façon dont Paige l'avait regardé, le rictus de haine de Kalhan, et…et l'accident de Kim, dont il était entièrement, complètement responsable. Aussi sûrement que s'il s'était trouvé avec elle dans la tour et l'avait poussé dans le vide glacé…

Adam ferma ses paupières avec force, une boule douloureuse de formant dans sa gorge. Les mots que prononçait la rouquine se découlaient comme un ruisseau printanier; froid et tempérant à la fois. Emportant la neige dans son sillage et la changeant en eau pour gonfler ses flots. Quelque part, entendre parler de cette erreur gravissime était une sorte de soulagement. S'il fallait raviver la plaie pour mieux la soigner…

Adam rouvrit lentement ses yeux aigue-marine, son visage blêmi par la tristesse qui s'était emparé de lui.
Rajan le fixait, l'air perplexe. Il avait de la chance de ne pas savoir, lui…
L'Irlandais tourna prudemment son regard vers Kim, à l'instant où son dernier mort d'excuse mourrait entre ses lèvres. Elle avait les yeux brillants, comme si on y avait déversé les plus belles constellations du ciel. Elle était si jolie, sa grande sœur…

Ils étaient des imbéciles finis, manifestement.

"K…"

Le brun déglutit faiblement, et accrocha une ébauche de sourire sur son visage. Il ne voulait pas la voir pleurer, encore…Depuis combien de mois ne l'avait-il pas vu sourire, et observé son rire faire danser les mèches éthérées de sa chevelure blond vénitien…?

"Kimmy…"

Il pencha la tête de côté. Sa voix était rauque, mais il avait sciemment utilisé ce diminutif de son invention pour exprimer simplement ce que des milliers de phrases ne sauraient cerner efficacement.
Il approcha une main du visage de Kim, caressa du dos de l'index sa joue légèrement humide avant de l'écarter légèrement. Par un tour de passe-passe, ou tout bonnement pas magie, il fit apparaître en un mouvement vif des doigts une sucette. Mais pas n'importe laquelle, ça non! Une des fameuses sucettes en forme de cœur au parfum de cerise…une friandise qui avait de quoi leur rappeler de bons souvenirs…

"Ne pleure pas, s'il te plaît…"

Sa voix était ténue, mais son sourire s'était sensiblement affermit au fil des secondes. Il apposa par taquinerie la surface rouge et collante de la sucette contre les lèvres de Kimberly, les cachant derrière le cœur soigneusement taillé dans le sucre.
La sucette qui disait mieux que tout: excuse-moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Waren
Élève de Saevitia - Première année
avatar

Nombre de messages : 123
Race : Sorcière
Âge : 15 ans

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Hystérie journalistique   Mer 27 Sep 2006 - 16:41

(fiou u_u Pardon pour le retard ^^')

Elle avait gardé les yeux fixés devant elle durant tout le temps où elle avait parlé. Et maintenant que son regard effleurait de nouveau le visage du jeune homme, il ne pouvait plus s'en détacher. Son esprit était calme, vidé de tous ses regrets, toutes ses excuses, tous ces mots qui l'avaient obséder durant tant de jours et tant de nuits. Toutes ces choses qu'elle avait enfin pu exprimer. Ca n'avait pas été le discours le plus facile qu'elle ait eu à prononcer, loin de là. Mais au moins maintenant, tout cela était dit. Et il n'y avait plus qu'Adam pour décider s'il acceptait où non ses excuses et ses regrets.

La jeune fille avait à peine remarquer le rongeur sur les genoux d'Adam, son attention toute entière étant absorbée par les yeux du jeune homme qu'il avait consenti à tourner vers elle pour la première fois depuis qu'elle l'avait rattrapé dans le hall. Il y avait si longtemps qu'elle n'avait pas sentit ce regard posé sur elle. L'impression était étrange. Si chaleureuse et si douloureuse à la fois. Ces yeux l'accablaient de tout le poids de sa culpabilité, lui rappelant à chaque instants les larmes qu'elle en avait fait couler.
Mais le moment n'était plus aux excuses, ni aux regrets. Il fallait tourner la page, passer à autre chose. Après tout, c'était exactement ce qu'elle s'efforçait de faire.

Un faible sourire étira les lèvres d'Adam. Le coeur de Kim cogna plus fort dans sa poitrine. Et puis sa voix s'éleva, enfin. "Kimmy...". Des larmes s'échappèrent de ses yeux bleus, sans qu'elle puisse les retenir. Un sourire immense, furtif mais tellement heureux et tout à la fois soulagé éclaira son visage l'espace d'une seconde. Kimmy. Ce simple surnom à lui seul suffisait à briser des mois de silence, et à cet instant c'était comme si il ne s'était écoulé que quelques secondes depuis la dernière fois qu'il l'avait appelé comme ça. Elle sentit le contact doux et léger de ses doigts fins sur sa joues humides. Tout se passait comme dans un rêve, elle ne réfléchissait même plus à la signification de leurs actes.

Quelques secondes à peine plus tard une sucette en coeur d'un rouge vif et gourmand apparut comme par magie dans la main d'Adam. Les sucettes en coeur parfum cerise... Les innimitables sucettes en coeur sans lesquelles on ne voyait jamais le petit brun (qui n'était plus si petit que ça...). Elle sourit à nouveau en essuyant vivement ses joues.

"Désolé" répondit-elle avec un sourire.

Oui il avait raison. Plus de larmes. Ils en avaient assez versé pour les dix prochaines années.
Elle sentit soudain le contact collant et sucré de la friandise sur ses lèvres encore étirée par son sourire, qui s'élergit soudain. Elle attrapa la sucette, l'éloignant de ses lèvres. Puis, après une brève hésitation, elle déposa un énorme bisou collant et sucré sur la joue blanche d'Adam.

"Merci... ptit frère." souffla t-elle.

Ses yeux brillants se posèrent alors sur Rajan, tandis qu'elle enfournait la sucette dans sa bouche.

"Qui chest lui, che le connais pas ! Tu me le préchente ?"

Assise là sur les marches de cet escalier, une sucette à la cerise dans la bouche, avec sur les joues les traces des sillons laissés par ses larmes, Kim se sentait plus heureuse qu'elle ne l'avait été depuis longtemps. Héméra semblait vraiment comme un nouveau départ, une nouvelle chance, encore, de tout recommencer. S'excuser, repartir. Etre heureux. Ses problèmes semblaient moins importants, plus secondaires. Le journal semblait oublié. Elle avait retrouvé son petit frère.

(Un peu bof bof ^^' Sorry, je ferais mieux la prochaine fois !)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Blackleaf
Élève de Remissus - Première année
avatar

Nombre de messages : 20
Race : Sorcier
Âge : 13 ans
Origine(s) : Rajan, un écureuil palmiste

Feuille de personnage
Statut: Actif

MessageSujet: Re: Hystérie journalistique   Sam 28 Oct 2006 - 8:50

"Petit frère".
C'était banal, comme appellation. Certains le prononçaient ou l'entendaient prononcé si souvent qu'il en perdait de sa profonde signification, son caractère quasi sacré. Mais pas Adam. Lui qui était fils unique d'une famille savamment démolie par Madame Destin, s'être trouvé une grande sœur, c'était comme avoir poudré d'étoiles tintinnabulantes ses nuits, de nuages blancs et ronds comme des moutons folâtres le ciel de ses jours. Il avait une grande sœur, et c'était l'assurance de ne jamais être totalement seul…Du moins, quand on écartait les cataclysmiques problèmes que posait l'espèce Myazaki sur son infini territoire.

Mais Kalhan venait soudainement d'être reléguée à l'arrière-plan de ses pensées actuelles. L'Irlandais affichait un sourire si large et si sincère qu'on pouvait également le qualifier de nigaud, un de ces sourires qui creusaient immanquablement des fossettes sur les joues laiteuses de l'ex-Lutin de Magileige. Plus encore que le bisou sucré que lui avait offert Kim, c'était ce surnom, ce "Petit Frère" qui le comblait d'une joie sans nom.

"Tu sais que tu m'en dois une bonne dizaine, pour le jour où j'ai travaillé avec toi à l'animalerie?"

Le brun eut un léger rire en évoquant ce souvenir particulièrement plaisant. En vérité, son "travail" s'était limité à une sieste au comptoir, pendant que la pauvre Kim se coltinait tout les clients magileigeois... C'était ce jour là aussi qu'il s'était procuré Hell…

"Qui chest lui, che le connais pas ! Tu me le préchente ?"

Adam baissa les yeux sur Rajan, qui boudait toujours ostensiblement sur son genou. Son sourire gagna en largeur, tandis qu'il répondait d'un ton cérémonieux, et accompagnant sa présentation d'amples moulinets des mains:

"Je vous présente Sir Rajan, écureuil maharadjah des royaumes orientaux. Gros bouffeur, gros dormeur, gros ronchon, un tantinet kamikaze sur les bords, et…AÏEUH!!!!…rancunier…"

Adam considéra d'un air affligé les griffes du rongeur sournoisement plantée dans sa peau (maudits soient ces bermudas!). Il tenta de calmer son courroux princier en lui flattant la gorge.

"C'est lui qui a remplacé Hell" Fit-il d'un ton moins plaisantin. "Tu te souviens de lui? ^^ Le chaton tigré…! Il s'est fait la malle un peu avant la fermeture de Mag v_v…"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Hystérie journalistique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hystérie journalistique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Donjon des mouettes, récapitulatif hystérique des articles
» L'exemple même de la malhonnêteté journalistique
» Vous avez une sorte de désespoir hystérique dans votre rire
» Information journalistique ou propagande éléctorale?
» Les Chevaliers d'Emeraude

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
École Héméra :: Rez-de-Chaussée :: Escalier principal-
Sauter vers: